Grève nationale du 13 février: l’aéroport de Charleroi fermé, la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

© EPA
© EPA

L’aéroport de Charleroi sera fermé mercredi, jour de grève nationale, a-t-il annoncé lundi en début de soirée dans un communiqué. Au total, 120 vols et 18.000 passagers seront impactés par cette mesure, indique la RTBF.

Grève nationale : la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

Les syndicats avaient déjà laissé entendre, la semaine dernière, que la grève aurait d’importantes répercussions sur les activités de l’aéroport carolo. Un préavis de grève a par ailleurs été déposé chez les aiguilleurs du ciel de Skeyes (ex-Belgocontrol), sans lesquels aucun vol ne pourra décoller depuis le tarmac de Gosselies.

«  Suite aux discussions actuellement en cours chez Skeyes, il ressort que le trafic aérien sera fortement impacté. De plus, de nombreux blocages routiers sont annoncés aux abords de l’aéroport », indique Brussels South Charleroi Airport (BSCA), qui a dès lors décidé de suspendre entièrement ses activités ce jour-là.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

L’aéroport offre ainsi la possibilité aux voyageurs de prendre leurs dispositions et de modifier leurs plans selon les modalités proposées par leur compagnie aérienne.

Plus de la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

Plus de la moitié des vols initialement prévus sur Brussels Airport sont déjà annulés mercredi. «  Jusqu’ici, 317 des 569 vols prévus ont été supprimés, soit 55 % du trafic total », déclare lundi la porte-parole de l’aéroport, Anke Fransen.

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur les perturbations

Vingt-six compagnies aériennes ont déjà annulé pour ce jour-là des vols à destination ou en provenance de Zaventem. Environ 60.000 voyageurs étaient initialement attendus à Brussels Airport mercredi.

Limiter la capacité du trafic aérien à 50%

Skeyes (ex-Belgocontrol), la société en charge du contrôle aérien en Belgique, a décidé de limiter la capacité du trafic aérien à 50% pendant l’action syndicale (du mardi 12 février à 22h au mercredi 13 février à 22h), a-t-elle indiqué lundi soir. «De cette façon, la sécurité aérienne continuera d’être garantie», précise skeyes.

Sur le même sujet
GrèveTransport aérien
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite