Grève nationale du 13 février: l’aéroport de Charleroi fermé, la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

© EPA
© EPA

L’aéroport de Charleroi sera fermé mercredi, jour de grève nationale, a-t-il annoncé lundi en début de soirée dans un communiqué. Au total, 120 vols et 18.000 passagers seront impactés par cette mesure, indique la RTBF.

Grève nationale : la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

Les syndicats avaient déjà laissé entendre, la semaine dernière, que la grève aurait d’importantes répercussions sur les activités de l’aéroport carolo. Un préavis de grève a par ailleurs été déposé chez les aiguilleurs du ciel de Skeyes (ex-Belgocontrol), sans lesquels aucun vol ne pourra décoller depuis le tarmac de Gosselies.

«  Suite aux discussions actuellement en cours chez Skeyes, il ressort que le trafic aérien sera fortement impacté. De plus, de nombreux blocages routiers sont annoncés aux abords de l’aéroport », indique Brussels South Charleroi Airport (BSCA), qui a dès lors décidé de suspendre entièrement ses activités ce jour-là.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

L’aéroport offre ainsi la possibilité aux voyageurs de prendre leurs dispositions et de modifier leurs plans selon les modalités proposées par leur compagnie aérienne.

Plus de la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

Plus de la moitié des vols initialement prévus sur Brussels Airport sont déjà annulés mercredi. «  Jusqu’ici, 317 des 569 vols prévus ont été supprimés, soit 55 % du trafic total », déclare lundi la porte-parole de l’aéroport, Anke Fransen.

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur les perturbations

Vingt-six compagnies aériennes ont déjà annulé pour ce jour-là des vols à destination ou en provenance de Zaventem. Environ 60.000 voyageurs étaient initialement attendus à Brussels Airport mercredi.

Limiter la capacité du trafic aérien à 50%

Skeyes (ex-Belgocontrol), la société en charge du contrôle aérien en Belgique, a décidé de limiter la capacité du trafic aérien à 50% pendant l’action syndicale (du mardi 12 février à 22h au mercredi 13 février à 22h), a-t-elle indiqué lundi soir. «De cette façon, la sécurité aérienne continuera d’être garantie», précise skeyes.

Sur le même sujet
GrèveTransport aérien
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite