Grève nationale du 13 février: l’aéroport de Charleroi fermé, la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

© EPA
© EPA

L’aéroport de Charleroi sera fermé mercredi, jour de grève nationale, a-t-il annoncé lundi en début de soirée dans un communiqué. Au total, 120 vols et 18.000 passagers seront impactés par cette mesure, indique la RTBF.

Grève nationale : la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

Les syndicats avaient déjà laissé entendre, la semaine dernière, que la grève aurait d’importantes répercussions sur les activités de l’aéroport carolo. Un préavis de grève a par ailleurs été déposé chez les aiguilleurs du ciel de Skeyes (ex-Belgocontrol), sans lesquels aucun vol ne pourra décoller depuis le tarmac de Gosselies.

«  Suite aux discussions actuellement en cours chez Skeyes, il ressort que le trafic aérien sera fortement impacté. De plus, de nombreux blocages routiers sont annoncés aux abords de l’aéroport », indique Brussels South Charleroi Airport (BSCA), qui a dès lors décidé de suspendre entièrement ses activités ce jour-là.

Aéroport, centres commerciaux, bpost… : l’impact de la grève du 13 février se veut maximal à Charleroi

L’aéroport offre ainsi la possibilité aux voyageurs de prendre leurs dispositions et de modifier leurs plans selon les modalités proposées par leur compagnie aérienne.

Plus de la moitié des vols supprimés à Brussels Airport

Plus de la moitié des vols initialement prévus sur Brussels Airport sont déjà annulés mercredi. «  Jusqu’ici, 317 des 569 vols prévus ont été supprimés, soit 55 % du trafic total », déclare lundi la porte-parole de l’aéroport, Anke Fransen.

Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur les perturbations

Vingt-six compagnies aériennes ont déjà annulé pour ce jour-là des vols à destination ou en provenance de Zaventem. Environ 60.000 voyageurs étaient initialement attendus à Brussels Airport mercredi.

Limiter la capacité du trafic aérien à 50%

Skeyes (ex-Belgocontrol), la société en charge du contrôle aérien en Belgique, a décidé de limiter la capacité du trafic aérien à 50% pendant l’action syndicale (du mardi 12 février à 22h au mercredi 13 février à 22h), a-t-elle indiqué lundi soir. «De cette façon, la sécurité aérienne continuera d’être garantie», précise skeyes.

Sur le même sujet
GrèveTransport aérien
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les opérateurs veulent savoir si le pré-accord, signé avec le précédent gouvernement, est toujours d’actualité.

    5Gà Bruxelles: Agoria «ne comprend pas»

  2. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  3. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite