Climat: «Nous ne vous lâcherons pas!», lancent Anuna et Adélaïde aux parlementaires wallons

© Belga
© Belga

L’agitation était palpable, lundi soir, au Parlement de Wallonie où étaient attendues Anuna De Wever et Adelaïde Charlier, deux figures de proue du mouvement « Youth for Climate » qui, chaque jeudi, parvient à faire descendre dans la rue, aux 4 coins du pays, des milliers de jeunes pour défendre le climat.

«  Nous ne vous lâcherons pas ! », a d’emblée lancé Adélaïde Charlier aux parlementaires régionaux venus en nombre pour les écouter.

«  Ou nous mettons de côté ce que nous voyons pour continuer à dormir sur nos deux oreilles ; où nous faisons face. Les jeunes font face mais la démocratie est telle que c’est vous qui décidez de notre futur. On vous dit donc qu’on ne vous lâchera pas tant qu’on ne sera pas sur une trajectoire zéro carbone », a averti la jeune namuroise.

« Pourquoi le train coûte-t-il davantage que l’avion ? »

«  Pourquoi un trajet entre Erpent et Namur est-il deux fois plus cher en bus qu’en voiture ? Et pourquoi le train coûte-t-il davantage que l’avion ? Vous devez donner aux jeunes la possibilité d’être cohérents et ne pas les laisser seuls face à l’enjeu climatique », a-t-elle poursuivi.

Anuna De Wever au «Soir»: «J’ai 17 ans et c’est la peur du changement climatique qui me guide»

«  Cette question doit devenir votre priorité car les autres combats n’ont aucun sens si ce combat-là est perdu. C’est pourquoi nous vous demandons de prendre des mesures fermes » pour atteindre des objectifs climatiques ambitieux, a ajouté Adélaïde Charlier selon qui «  trop de temps a déjà été perdu ».

« Le prix de l’inaction est encore plus élevé »

«  Vous nous direz que ces mesures coûtent cher, qu’elles vont à l’encontre de l’économie. Mais le prix de l’inaction est encore plus élevé et sera avant tout payé par les plus démunis », a encore souligné la représentante de « Youth for Climate ».

«C’est une honte, la ministre flamande de l’environnement ment», fustige Anuna De Wever

«  Le climat n’a pas de couleur politique. Nous lançons un appel à l’ensemble du monde politique pour qu’il collabore de manière constructive », a de son côté déclaré Anuna De Wever sous le regard bienveillant du ministre wallon en charge du Climat, Jean-Luc Crucke, et des parlementaires régionaux qui, tous, ont salué l’action des jeunes militantes.

Sur le même sujet
ClimatPolitique
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. RTS325FA

    Le coronavirus en 15 questions

  2. Ce lundi, le Roi a reçu Maxime Prévot (CDH), Meyrem Almaci (Groen) puis Bart De Wever (N-VA). © Belga.

    Négociations fédérales: l’option des gouvernements «Canada dry»

  3. Ne pas consulter le médecin ou le dentiste peut conduire à un surcoût, pour le patient comme pour le système de soins de santé.

    Un Belge sur 20 ne va pas chez le médecin et se met en danger

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: la Belgique en plein «catch 22»

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite