Accueil Société Régions Bruxelles

Prison de Haren: «Le carcéral et l'environnemental sont reliés par un élément central, le déni»

Une large opération de désobéissance civile a eu lieu sur le chantier de la future prison. Pour les opposants au projet, il s’agit d’une des rares manières de se faire entendre. Les activistes invitent les partisans de la cause climatique à s’intéresser à leur lutte.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Malgré les quelques heures passées en détention, c’est plutôt l’enthousiasme qui semble prendre le dessus dans la cour du quartier général tennodois où nous reçoivent Jean-Baptiste, Julie et Martin. Plus tôt dans la matinée, ces trois activistes se faisaient en effet arrêter administrativement dans le cadre d’une vaste action de désobéissance civile visant à bloquer temporairement le chantier de la prison de Haren, futur plus grand pénitencier du royaume (1.190 places), dont l’Etat belge a confié la construction au consortium international Cafasso au travers d’un partenariat public-privé (PPP).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs