Naomi Osaka, numéro 1 mondiale, se sépare de son coach Sascha Bajin

©Photonews
©Photonews

La Japonaise Naomi Osaka a annoncé lundi qu’elle ne travaillait plus avec son coach, Sascha Bajin, après un peu plus d’un an de collaboration.

« Je ne travaillerai plus avec Sascha. Je le remercie pour tout son travail et lui souhaite le meilleur pour le futur », a posté la numéro 1 mondiale, 21 ans sur les réseaux sociaux.

En 13 mois de collaboration, l’Allemand, 34 ans, a conduit la Japonaise à une victoire à Indian Wells puis à l’US Open l’année passée ainsi qu’à un succès à l’Open d’Australie le mois dernier permettant à Naomi Osaka de devenir numéro 1 mondiale pour la première fois de sa carrière.

Sascha Bajin avait déjà travaillé durant 8 ans avec Serena Williams, leur collaboration ayant pris fin au printemps 2015. L’Allemand a collaboré ensuite avec la Bélarusse Victoria Azarenka, l’Américaine Sloane Stephens, et la Danoise Caroline Wozniacki. Il a été élu coach de l’année par la WTA pour 2018.

La Japonaise n’a plus joué depuis son triomphe à Melbourne et a déclaré forfait pour le tournoi de Doha au Qatar cette semaine en raison d’une blessure au dos.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les funérailles d’Emiliano Sala se sont déroulées ce week-end.

    Mort d’Emiliano Sala: le sommet de l’indécence

  2. Pierre-Yves Jeholet est très critiqué sur sa gauche. Mais il reste convaincu de la nécessité des réformes.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «Je ne suis pas là pour être aimé par tout le monde»

  3. Le mode de fonctionnement des familles évolue
: le jeune est un participant à part entière de la communication.

    Comment WhatsApp chamboule la communication

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 17: le night-shop, le faux pas du samedi soir

    Par Louise Tessier

    Samedi soir, 1h17. Après une soirée dans un bar, je suis prise d’une fringale que mes biscuits bio sans gluten ne pourront assouvir. Je m’arrête donc dans un des 250 night-shop bruxellois, acheter un gros paquet de chips barbecue. «  Vous vous fournissez où en fait m’sieur ?  », demandais-je innocemment, dans un élan de conscience journalistique. «  Bah, au supermarché  ». Damn it. Voilà comment j’ai, à mon insu, failli une nouvelle fois à mon défi. Pire : c’est un intermédiaire en plus dans la grande chaîne de l’industrie alimentaire, ce qui m’éloigne d’une des raisons de ce défi qui est de consommer en circuit court. Aïe aïe aïe.

    En plus de cela, les night-shops ont bien mauvaise réputation concernant la rémunération de leurs employés… et le blanchiment d’argent. Selon la Cellule de traitement des informations financières (CTIF), les magasins de nuit sont en pole position du blanchiment de fonds issus du trafic de stupéfiants. Ces petits commerces, qui...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite