Tricoter, trier les déchets…: tout ce que les élèves de primaire devront savoir faire

Tricoter, trier les déchets…: tout ce que les élèves de primaire devront savoir faire

Ce chantier a mobilisé près de 300 personnes, sous la houlette du professeur Marc Romainville (UNamur). Il a pour but de réécrire les « référentiels de savoirs et de compétences » pour chaque année d’étude. Soit lister tout ce que les élèves doivent apprendre durant la formation commune qui s’étendra bientôt de 3 à 15 ans.

Cette formation doit offrir un bagage général plus ambitieux, intéressant davantage l’élève à la citoyenneté et à des disciplines techniques et artistiques. Pour lui donner, en fin de cursus, la possibilité de réaliser des choix d’orientation plus positifs.

La « Commission des référentiels » est en train de boucler ce document. Son président nous en donne les lignes principales. « Le Pacte dit ce qu’un élève au cours de sa formation commune – avant une spécialisation dans l’enseignement qualifiant ou de transition – doit maîtriser. L’approche n’est pas “qu’est-ce qu’on peut y mettre ?”, elle est “qu’est-ce qu’on doit y mettre pour assurer une citoyenneté minimale face aux enjeux du moment ?”  », dit Marc Romainville.

► L’entretien de Marc Romainville et notre dossier complet sont à retrouver sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les opérateurs veulent savoir si le pré-accord, signé avec le précédent gouvernement, est toujours d’actualité.

    5Gà Bruxelles: Agoria «ne comprend pas»

  2. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  3. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite