Tricoter, trier les déchets…: tout ce que les élèves de primaire devront savoir faire

Tricoter, trier les déchets…: tout ce que les élèves de primaire devront savoir faire

Ce chantier a mobilisé près de 300 personnes, sous la houlette du professeur Marc Romainville (UNamur). Il a pour but de réécrire les « référentiels de savoirs et de compétences » pour chaque année d’étude. Soit lister tout ce que les élèves doivent apprendre durant la formation commune qui s’étendra bientôt de 3 à 15 ans.

Cette formation doit offrir un bagage général plus ambitieux, intéressant davantage l’élève à la citoyenneté et à des disciplines techniques et artistiques. Pour lui donner, en fin de cursus, la possibilité de réaliser des choix d’orientation plus positifs.

La « Commission des référentiels » est en train de boucler ce document. Son président nous en donne les lignes principales. « Le Pacte dit ce qu’un élève au cours de sa formation commune – avant une spécialisation dans l’enseignement qualifiant ou de transition – doit maîtriser. L’approche n’est pas “qu’est-ce qu’on peut y mettre ?”, elle est “qu’est-ce qu’on doit y mettre pour assurer une citoyenneté minimale face aux enjeux du moment ?”  », dit Marc Romainville.

► L’entretien de Marc Romainville et notre dossier complet sont à retrouver sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite