Grève nationale du 13 février: le point sur les perturbations attendues perturbations attendues à Namur

© Le Soir/Bruno D’Alimonte
© Le Soir/Bruno D’Alimonte

Les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février face l ’échec des négociations salariales . Les syndicats réclament une hausse des salaires, une hausse des allocations et pensions, de meilleures conditions de fin de carrière et de meilleures possibilités de combiner vies professionnelle et privée.

Le Conseil Central de l’Économie a fixé à 0,8 % la marge de progression salariale en plus de l’indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

Sont concernés entre autres les communes, les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux locaux, les intercommunales…

Les transports en commun

SNCB

La grève qui touchera le rail commencera dès ce mardi 22 heures et se poursuivra jusqu’à mercredi, même heure. Depuis mars dernier, un service minimum est en vigueur au sein de la SNCB en cas de mouvement social. La société des chemins de fer s’attend donc à ce que la moitié des trains roulent malgré la grogne.

Durant les heures de pointe du matin et du soir, la majorité des trains IC – qui relient les grandes villes entre elles – circuleront, de même qu’un certain nombre de trains L et S. Pendant les heures creuses en revanche, seul un certain nombre de trains IC prendront le départ.

Les navetteurs sont invités à consulter le planificateur de voyages de la SNCB pour savoir si des trains assureront leurs trajets et pour en connaître les horaires.

La SNCB ouvrira sont call center (02/528 28 28) dès 7 heures mercredi matin. Le site internet https ://www.belgiantrain.be/fr et l’application SNCB informeront en continu les voyageurs, tout comme messenger (https ://www.messenger.com/t/SNCB) et le compte Twitter (@sncb).

► Aperçu du service alternatif des trains pour le mercredi 13

Tec

L’entreprise s’attend, de manière générale à de fortes perturbations dans les provinces de Namur et Luxemboug. La société de transports wallonne invite donc l’ensemble de ses usagers à s’informer avant tout départ et à prévoir une alternative pour leurs déplacements. 61  % des bus rouleront en province de Namur.

Des magasins également touchés

La FGTB annonce une mobilisation importante sans pour autant de grands rassemblement ou de manifestations. Il y aura tout de même des blocages et des piquets un peu partout.

En province de Namur, quelques grandes entreprises de la région seront bloquées. Ce sera le cas de Materne, Mondelez, Ariston à Malonne ou encore Stûv. Les plus petites entreprises devraient également être touchées.

Il y aura aussi des piquets dans les zonings de la région namuroises, dans les grandes chaînes de magasins, comme Carrefour, Delhaize, Lidl, H&M, Brico, Zara…,.

Dans le zoning de Seilles (Andenne), on peut par exemple s’attendre à une mobilisation devant des entreprises comme Père Olive, les Fonderies Lecomte, Jumatt… A Keumiée (Sambreville), où se trouvent Carwall et Air Products, on devrait voir aussi un piquet de zoning. Il y en aura un aussi au zoning Crealys, aux Isnes (Gembloux). Des entreprises comme Ariston (Malonne), Stûv (Bois-de-Villers), Innovyn (Jemeppe-sur-Sambre) devraient aussi être fermées, tout comme le secteur des carrières en province de Namur.

Les écoles ouvertes

La grève sera aussi couverte dans l’enseignement, même si aucun appel à la grève n’a été officiellement lancé. La situation sera variable en fonction des établissements mais les écoles sont tenues d’accueillir les élèves.

Pas d’appel à la grève chez bpost

Les syndicats au sein de bpost ont déposé un préavis de grève en vue de la grève nationale du 13 février mais ils ne lancent pas d’appel à la grève.

La distribution du courrier devrait néanmoins être perturbée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite