Grève nationale du 13 février: le point sur les perturbations attendues dans le Brabant Wallon

Grève nationale du 13 février: le point sur les perturbations attendues dans le Brabant Wallon

Les syndicats ont annoncé une grève nationale le 13 février face l ’échec des négociations salariales . Les syndicats réclament une hausse des salaires, une hausse des allocations et pensions, de meilleures conditions de fin de carrière et de meilleures possibilités de combiner vies professionnelle et privée.

Le Conseil Central de l’Économie a fixé à 0,8% la marge de progression salariale en plus de l’indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

Sont concernés entre autres les communes, les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux locaux, les intercommunales…

► Grève nationale : ce qui va rouler, ce qui sera ouvert

Les transports en commun

SNCB

La grève qui touchera le rail commencera dès ce mardi 22 heures et se poursuivra jusqu’à mercredi, même heure. Depuis mars dernier, un service minimum est en vigueur au sein de la SNCB en cas de mouvement social. La société des chemins de fer s’attend donc à ce que la moitié des trains roulent malgré la grogne.

Durant les heures de pointe du matin et du soir, la majorité des trains IC – qui relient les grandes villes entre elles – circuleront, de même qu’un certain nombre de trains L et S. Pendant les heures creuses en revanche, seul un certain nombre de trains IC prendront le départ.

Les navetteurs sont invités à consulter le planificateur de voyages de la SNCB pour savoir si des trains assureront leurs trajets et pour en connaître les horaires.

La SNCB ouvrira sont call center (02/528 28 28) dès 7 heures mercredi matin. Le site internet https://www.belgiantrain.be/fr et l’application SNCB informeront en continu les voyageurs, tout comme messenger (https://www.messenger.com/t/SNCB) et le compte Twitter (@sncb).

► Aperçu du service alternatif des trains pour le mercredi 13

Tec

71% des parcours seront assurés au Tect Brabant Wallon. L'Espace Tect de Jodoigne sera femé.

Une attestation de perturbation sera disponible dès le jeudi 14 février 2019.

Les écoles ouvertes

La grève sera aussi couverte dans l’enseignement, même si aucun appel à la grève n’a été officiellement lancé. La situation sera variable en fonction des établissements mais les écoles sont tenues d’accueillir les élèves.

Pas d’appel à la grève chez bpost

Les syndicats au sein de bpost ont déposé un préavis de grève en vue de la grève nationale du 13 février mais ils ne lancent pas d’appel à la grève.

La distribution du courrier devrait néanmoins être perturbée.

Grève nationale - Les syndicats annoncent une importante mobilisation en Brabant wallon

Les magasins touchés

Les syndicats prévoient notamment de bloquer plusieurs zonings et grands magasins, des dépôts logistiques ainsi que d’importantes entreprises comme les sites de GlaxoSmithKline (GSK) de Wavre et de Rixensart, le Village n°1 et Cenexi à Braine-l’Alleud ou encore Mamma Lucia à Nivelles. Les centres de distribution de la poste seront bloqués et la plupart des recyparcs de l’intercommunale inBW seront également fermés.

Selon inBW, seul le recyparc de Chaumont-Gistoux devrait rester ouvert en Brabant wallon et la plupart des collectes de déchets en porte à porte prévues le 13 février seront perturbées voire postposées. Le centre de transfert et de prétraitement de déchets situé dans la sablière de Mont-Saint-Guibert pourrait voir son accès bloqué, tout comme certains parcs d’activités économiques, annonce inBW.

Ce que confirment les syndicats: des piquets de grève sont prévus dès les premières heures du matin aux entrées des zonings de Wavre Nord, de Nivelles Sud et de Saintes-Tubize. Les entreprises de travail adapté Axedis et Village n°1 seront touchées par la grève. Un piquet devrait être dressé devant le dépôt de Nivelles Logistics et l’entreprise de transport Van Mieghem (Saintes) pourrait rester fermée. D’autres entreprises comme SDIL, Mamma Lucia, GSK, Sagex ou encore Cenexi seront touchées. Le service travaux de la ville de Nivelles sera également concerné par l’action syndicale.

En ce qui concerne les commerces, les syndicats annoncent la fermeture du Shopping Center de Nivelles, des Carrefour Hyper de Bierges (Wavre) et Mont-Saint-Jean (Waterloo), du Brico de Wavre, de plusieurs Delhaize (Nivelles, Tubize, Wavre, Ottignies...) et Mestdagh (Nivelles, Tubize, Genappe) ainsi que des implantations brabançonnes wallonnes de Lidl, Aldi et Renmans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite