Charles Michel: «Mieux vaut un Brexit sans accord qu’un mauvais accord»

©PhotoNews
©PhotoNews

Entre la perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord négocié avec les 27 et celle d’un mauvais accord pour l’UE auquel semblent pousser les députés britanniques, le Premier ministre Charles Michel choisirait la première option, a-t-il affirmé mardi lors d’un discours au Collège d’Europe à Bruges.

«  La clarté impose de dire qu’entre un ’no deal’ et un ’bad deal’, je préfère encore un ’no deal’ qui aura le mérite de la clarté et de la responsabilité », a affirmé M. Michel devant les étudiants, alors que se rapproche la date théorique du « Brexit » (29 mars).

Un « Brexit dur » menacerait plus de 600.000 emplois dans le monde

« Le Parlement britannique essaie de nous emmener vers un mauvais accord »

Il a souligné le caractère crucial du « backstop », la garantie actuellement inscrite dans l’accord de retrait pour éviter le retour d’une frontière dure entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, et à laquelle s’opposent les députés britanniques qui craignent de rester arrimés à l’UE si ce filet de sécurité devait être activé.

«  Un bon accord est sur la table, mais le Parlement britannique essaie de nous emmener vers un mauvais accord. Les revendications du Parlement britannique sur le backstop signifient un affaiblissement du développement économique de l’Europe, un risque pour nos entreprises et nos emplois », a ajouté M. Michel (MR) aux journalistes présents.

La Belgique face au Brexit : « Les affaires courantes rendent les choses un peu compliquées », reconnaît Charles Michel

« Nous devons êtres fermes »

«  Nous devons être fermes, clairs, même s’il y a toujours une capacité de flexibilité » pour tenir compte de certaines demandes britanniques, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre s’adressait aux étudiants du Collège d’Europe à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau bâtiment baptisé Paul-Henri Spaak, du nom de cet ancien Premier ministre belge qui a co-fondé cette université privée il y a 70 ans avec d’autres « pères de l’Europe ».

Brexit : Herman Van Rompuy consulté par les Britanniques

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite