Charles Michel: «Mieux vaut un Brexit sans accord qu’un mauvais accord»

©PhotoNews
©PhotoNews

Entre la perspective d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE sans accord négocié avec les 27 et celle d’un mauvais accord pour l’UE auquel semblent pousser les députés britanniques, le Premier ministre Charles Michel choisirait la première option, a-t-il affirmé mardi lors d’un discours au Collège d’Europe à Bruges.

«  La clarté impose de dire qu’entre un ’no deal’ et un ’bad deal’, je préfère encore un ’no deal’ qui aura le mérite de la clarté et de la responsabilité », a affirmé M. Michel devant les étudiants, alors que se rapproche la date théorique du « Brexit » (29 mars).

Un « Brexit dur » menacerait plus de 600.000 emplois dans le monde

« Le Parlement britannique essaie de nous emmener vers un mauvais accord »

Il a souligné le caractère crucial du « backstop », la garantie actuellement inscrite dans l’accord de retrait pour éviter le retour d’une frontière dure entre l’Irlande et l’Irlande du Nord, et à laquelle s’opposent les députés britanniques qui craignent de rester arrimés à l’UE si ce filet de sécurité devait être activé.

«  Un bon accord est sur la table, mais le Parlement britannique essaie de nous emmener vers un mauvais accord. Les revendications du Parlement britannique sur le backstop signifient un affaiblissement du développement économique de l’Europe, un risque pour nos entreprises et nos emplois », a ajouté M. Michel (MR) aux journalistes présents.

La Belgique face au Brexit : « Les affaires courantes rendent les choses un peu compliquées », reconnaît Charles Michel

« Nous devons êtres fermes »

«  Nous devons être fermes, clairs, même s’il y a toujours une capacité de flexibilité » pour tenir compte de certaines demandes britanniques, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre s’adressait aux étudiants du Collège d’Europe à l’occasion de l’inauguration d’un nouveau bâtiment baptisé Paul-Henri Spaak, du nom de cet ancien Premier ministre belge qui a co-fondé cette université privée il y a 70 ans avec d’autres « pères de l’Europe ».

Brexit : Herman Van Rompuy consulté par les Britanniques

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite