Accueil Monde France

L’antisémitisme en pleine recrudescence en France

De l’extrême droite à l’extrême gauche, tous les partis condamnent. Mais la mise en cause de dérives en marge des cortèges des gilets jaunes ne fait pas l’unanimité .

Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 2 min

PARIS

Des croix gammées taguées sur le visage de Simone Veil qui ornait des boîtes aux lettres parisiennes depuis sa « panthéonisation » l’été dernier. Des inscriptions – « Juden  » – sur plusieurs restaurants de la chaîne Bagelstein, dont l’un sur l’île Saint-Louis. Et les arbres en hommage à Ilan Halimi sciés à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), en banlieue parisienne, à l’endroit même où le jeune supplicié par le gang des Barbares avait été retrouvé agonisant en 2006. L’abjection ne connaît plus de limites.

Les actes antisémites ont progressé de 74 % l’an dernier en France, selon le ministère de l’Intérieur. Pas moins de 541 en 2018 contre 311 un an plus tôt.

«  Nous devons dire l’horreur qui se cache derrière ces gestes imbéciles », a dénoncé le Premier ministre Edouard Philippe à l’Assemblée nationale. Le chef du gouvernement devait précisément remettre ce mardi soir à Matignon un prix Halimi récompensant les efforts dans la lutte…

Tous les groupes politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche, ont dénoncé les faits.

À lire aussi Le terrorisme est la conséquence de l’antisémitisme

A l’origine ?

Qui est à l’origine de cette recrudescence ? Certains regardent du côté des gilets jaunes. «  C’est souvent en marge des cortèges qu’on retrouve ces inscriptions antisémites inacceptables », souligne le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Delphine Horvilleur, l’une des trois femmes rabbins de France, voudrait que, samedi prochain, les gilets jaunes, lors de leur prochaine action, s’élèvent pour dire «  Not in my name  » comme des musulmans l’avaient fait après les attentats pour ne pas être assimilés à l’organisation Etat islamique.

Mais cette incrimination du mouvement social qui soulève le pays depuis novembre est loin de faire l’unanimité. Le député Alexis Corbière (France insoumise) s’offusque qu’on puisse mettre en cause les gilets jaunes. Quant au très droitier Nicolas Dupont-Aignan, qui avait soutenu Marine Le Pen lors de la dernière présidentielle, il regarde ailleurs : « Ne nous voilons pas la face : si l’antisémitisme d’extrême droite existe et doit être définitivement éradiqué, c’est aujourd’hui le fanatisme islamique qui constitue la principale menace pour nos compatriotes juifs », accuse-t-il.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par Vandegaer Henri, samedi 16 février 2019, 21:11

    Qui peut encore s’étonner antisémitisme en France quand on voit le flux de Palestiniens qui arrivent en France et en Belgique en fuite des crimes des Israéliens dans les territoires occupés. Des « « soldats d’élites » »tuent a volonté les Palestiniens qui manifestent de l’autre côté du mur . Il y a quelque temps un ami juif me disait encore qu’il avait pitié des Palestiniens. Cet ami juif est évidemment un gars de gauche que l’on ne trouve plus tellement parmi les juifs quand on voit ce gouvernement d’extrême droite au pouvoir en Israël. Deckers Björn donne un très bon résumé des raisons de antisémitisme.

  • Posté par Vandegaer Henri, samedi 16 février 2019, 21:10

    Qui peut encore s’étonner de l'antisémitisme en France quand on voit le flux de Palestiniens qui arrivent en France et en Belgique en fuite des crimes des Israéliens dans les territoires occupés. Des « « soldats d’élites » »tuent a volonté les Palestiniens qui manifestent de l’autre côté du mur . Il y a quelque temps un ami juif me disait encore qu’il avait pitié des Palestiniens. Cet ami juif est évidemment un gars de gauche que l’on ne trouve plus tellement parmi les juifs quand on voit ce gouvernement d’extrême droite au pouvoir en Israël. Deckers Björn donne un très bon résumé des raisons de antisémitisme.

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 13 février 2019, 11:03

    Daniel Onckelinx et Paul Van Obberghen. Hélas en effet, il faut bien le constater il n'a pas UN antisémitisme français mais bien plusieurs antisémitismes qui s'additionne dans une société gagnée par la tentation du pire. Un vieil antisémitisme de droite, une ambiguïté certaine dans une partie de la gauche française, et aussi de plus fraîche date, un antisémitisme musulman de solidarité avec la Palestine. Pour ma part, je continuerais à penser que la France souffre d'abord et avant tout d'un problème de cohésion sociale. Et c'est dans ces moments là que les extrémistes surgissent en proposant des bouc-émissaires. Mais quoi, peut-on continuer à penser que l'ultralibéralisme continue à s'imposer sans partage, sans alternative, sans qu'il y aie jamais de conséquence? L'extrême droite est au porte du pouvoir en France comme nous l'a rappelé cette semaine encore Jean-François Kahn. Et la responsabilité de ceux qui auront éteint la flamme du débat démocratique et de sa nécessaire alternance réelle porteront dans cette arrivée funeste une responsabilité écrasante. Paul Van Obberghen, vous ne pouvez pas dire qu'une paix est impossible au Proche-Orient, personne n'a pu tenter une paix sur base des la résolution de l'ONU de 1967 et donc personne ne peut prétendre qu'une telle issue n'aurait pas pu mettre fin au conflit.

  • Posté par ONCKELINX DANIEL, mercredi 13 février 2019, 9:44

    Comment certains, même candidat à la présidence peuvent ils ignorer l'histoire française. Qu'une partie des musulmans de France soit antisémite est sûr. Cependant ignorer l'antisémitisme historique de la France date d'une époque lointaine. Faut-il rappeler l'affaire Dreyfus? Avant cela bien avant cela Philippe le Bel expulsait les juifs Voltaire lui même a eu des propos déplacés. Certes le rejet des juifs était autant "économique" que religieux. Il est certain que tout les gilets jaunes ne sont pas antisémites une part faible d'entre eux l'est. La quenelle effectuée à Montmartre est révélatrice. Le complotisme de certains leaders GJ est également significatif. Le réflexe de faire suivre complot de judéo-maçonique est édifiant. Le reproche fait à Macron d'avoir travaillé pour la banque Rothschild procède des mêmes clichés. L'on reparle, pour le comparer au mouvement actuel, de Mai68 un des slogans en était " Nous sommes tous des juifs allemands" e

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 13 février 2019, 8:30

    Rien ne peut excuser l'antisémitisme provocateur principalement d'origine musulmane et en même temps, rien ne peut excuser non plus la passivité de l'Occident sur la question palestinienne. Tant qu'il n'y aura pas de paix là-bas, il n'y aura pas de paix ici. L'Europe récolte logiquement les fruits amer de sa lâcheté!

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une