A Paris, les portraits de Simone Veil tagués de croix gammées ont été nettoyés par l’artiste

A Paris, les portraits de Simone Veil tagués de croix gammées ont été nettoyés par l’artiste

L’artiste qui avait réalisé sur des boîtes à lettres parisiennes les portraits au pochoir de Simone Veil, grande figure européenne rescapée d’Auschwitz, les a débarrassés mardi des croix gammées qui les défiguraient.

>Des croix gammées sur des portraits de Simone Veil: les actes antisémites en hausse de 74% en France

«Ca ne pouvait pas rester comme ça. J’ai gardé les matrices, vous pouvez compter sur moi pour les refaire à chaque fois». Penché sur le portrait au pochoir, Christian Guemy alias «C215», y va à l’éponge à vaisselle et frotte méticuleusement le tag avec la face-grattoir sous les yeux de Pierre-François Veil, fils cadet de Simone Veil.

L’affront fait à la mémoire de cette personnalité célébrée pour son engagement européen, première présidente du Parlement européen et promotrice des droits des femmes — la loi qui légalise l’avortement en France porte son nom — a stupéfait, après l’hommage qui lui fut rendu et son entrée début juillet au Panthéon, qui accueille les sépultures des personnalités ayant marqué l’Histoire de France.

Jusqu’ici, Christian Guemy avait refusé de toucher les boîtes à lettres graffitées — qui épargnaient le portrait au pochoir — jugeant qu’il en va ainsi de l’art des rues. «Mais ce ne sont pas des tags ici, ce sont des marquages, comme on en faisait du temps des pharaons ou de l’occupation allemande pour signaler les Juifs», s’insurge-t-il.

«Comment peut-on avoir ces idées-là?» opine, incrédule, Pierre-Antoine Veil. «La société va mal. Il ne faut pas laisser faire» ajoute-t-il en se tournant vers la maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo. «Comptez-sur nous, chaque fois on réparera», a-t-elle répondu.

Hommages

Les deux boîtes à lettres abimées se trouvaient devant la mairie du 13e Arrondissement, dans le sud de Paris, surtout connu pour son quartier chinois. Des dizaines de boîtes similaires, dans d’autres quartiers de Paris, sont restées intactes.

Mais depuis samedi, plusieurs inscriptions antisémites d’une grande violence sont apparues sur les murs de Paris, en même temps que des croix gammées sur le visage de Simone Veil, déportée avec sa mère et sa soeur à l’âge de 15 ans dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Le même jour, un arbre dédié au souvenir d’Ilan Halimi, jeune homme de 23 ans décédé en 2006 après avoir été enlevé et torturé parce que juif, a été découvert scié en banlieue parisienne lundi.

Des actions qui ont suscité une vague de condamnations. Mardi, des anonymes ont déposé des fleurs au pied des portraits outragés de Simone Veil. Et son fils a reçu des mains de l’artiste un pochoir de sa mère.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite