Vervoort sur le passé colonial belge: «Nous devons être en état de reconnaître notre responsabilité»

Rudi Vervoort
Rudi Vervoort

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a estimé mardi que les autorités se doivent d’être «  en état de reconnaître notre responsabilité » envers le passé colonial de la Belgique, pointé du doigt lundi par un groupe d’experts des Nations unies.

Selon M. Vervoort, la Région bruxelloise doit «  prendre sa place dans ce débat », raison pour laquelle il a chargé son administration d’élaborer un inventaire de toutes les rues, places et monuments qui renvoient à la période coloniale de la Belgique.

«  Ce rapport des Nations unies doit être pour nous l’occasion de mener une réflexion au niveau bruxellois. Nous devons être en état de reconnaître notre propre responsabilité dans ce débat », a commenté le ministre-président bruxelloise. Il souhaite d’ailleurs l’aide des universités dans cette démarche, «  pour ouvrir le dialogue sur ce chapitre de notre histoire ».

«  En tant que siège d’un grand nombre d’institutions europpéennes et internationales, Bruxelles doit pouvoir participer activement au dialogue interculturel actuel portant sur un partage plus juste de la richesse économique, naturelle et culturelle », a-t-il ajouté.

Un groupe d’experts des Nations unies sur les personnes d’origine africaine a recommandé lundi aux autorités belges de présenter les excuses du royaume pour son passé colonial et les atrocités commises durant cette période «  sombre » de son histoire.

Ces experts ont passé une semaine en Belgique et rencontré des représentants des autorités publiques, d’ONG et de la société civile. Un rapport final est attendu au mois de septembre mais les experts ont d’ores et déjà posé un grand nombre de constats, notamment sur le passé colonial du pays qui semble trop largement ignoré.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :ONG|Belgique|Rudi Vervoort
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite