Grève nationale: aucune annulation chez TUI fly, tous les vols seront déviés à l’étranger

Grève nationale: aucune annulation chez TUI fly, tous les vols seront déviés à l’étranger

Aucun vol ne sera annulé chez TUI fly mercredi malgré la grève nationale. La compagnie aérienne les déviera tous vers les aéroports de Lille, Paris Orly, Maastricht, Eindhoven ou encore Amsterdam. Les voyageurs concernés reçoivent par SMS les informations pratiques et le nouvel horaire de leur vol, annonce la compagnie mardi soir.

>Brussels Airport: des vols déjà annulés en raison de la grève nationale du 13 février

Trente-six vols sont affectés par la grève, pour plus de 5.000 passagers concernés. Le tour opérateur et sa compagnie mettent à disposition 100 bus qui se chargeront de transporter les voyageurs vers et depuis les aéroports alternatifs.

>Grève nationale du 13 février: l’espace aérien belge fermé

Transferts

Pour les passagers qui devaient partir de Bruxelles ou de Charleroi, TUI fly a prévu un rendez-vous au Heysel (Brussels Expo), Parking T (av. Impératrice Charlotte à 1020 Bruxelles).

Pour les passagers qui devaient partir d’Ostende, d’Anvers ou de Liège, le lieu de rendez-vous est le parking même de ces aéroports. De là, les voyageurs seront acheminés en autocar vers les aéroports étrangers.

Un transfert en bus est également prévu pour les Belges de retour au pays qui atterriront dans les aéroports alternatifs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La course à pied a des arguments pour séduire
: . Ce sport ne demande pas une technique pointue, il se pratique facilement en extérieur et permet de s’entretenir. Autre grand avantage: il coûte peu. En tout cas à première vue.

    Le running, ce sport bon marché devenu un business juteux

  2. Le Sauvage.

    La Ducasse d’Ath doit-elle se passer du «Sauvage» jugé raciste?

  3. belgaimage-151155306-full

    Nafi Thiam: «J’essaie de ne pas trop penser à mon coude, je me concentre sur autre chose»

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite