Gilets jaunes en France: garde à vue pour un employé d’une boulangerie qui avait refusé de servir un policier

Gilets jaunes en France: garde à vue pour un employé d’une boulangerie qui avait refusé de servir un policier

La scène avait eu un fort retentissement sur les réseaux sociaux : un employé d’une boulangerie parisienne qui avait refusé de servir un policier le 2 février, en marge de la manifestation des « gilets jaunes », a été placé en garde à vue mardi, a-t-on appris de sources concordantes.

Âgé de 32 ans, cet employé a été placé en garde à vue pour « refus de vente et outrage sur personne dépositaire de l’ordre public », selon une source policière confirmant des informations de presse.

Les faits qui lui sont reprochés ont fait l’objet d’une brève vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. Les images montrent un policier en civil empêché de rentrer dans une boulangerie située dans le IIIe arrondissement de Paris en marge de la manifestation organisée dans le cadre de l’acte 12 de la mobilisation des « gilets jaunes ».

Le dialogue se concentre sur le port d’arme du policier.« Tu vois une arme ? », demande le fonctionnaire. « Je ne sais pas, je vous préviens juste, pas d’arme dans (inaudible) », répond un employé. « Ok donc c’est bon on peut passer ? », rétorque le policier. « Si vous n’avez pas d’arme, c’est bon » – « bon je crois que je vais aller ailleurs et après je peux aussi aller regarder ailleurs, vous avez plein de vitrines… », finit par déclarer le fonctionnaire avant de s’en aller.

La scène avait provoqué un vif émoi sur les réseaux sociaux et suscité en réponse un message de la Maison Landemaine, propriétaire de la boulangerie, sur Facebook où l’entreprise mettait en avant les « valeurs d’accueil » et un souci « d’une atmosphère calme » dans ses établissements «  en demandant aux policiers et aux manifestants d’ôter leur arme et leur cagoule ».

Selon une source proche du dossier, ce texte a valu en retour une missive du patron de la direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (Dspap), s’étonnant notamment que la direction de l’entreprise puisse mettre sur « un pied d’égalité policiers et manifestants cagoulés ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gordon Sondland, l’ambassadeur des Etats-Unis auprès de l’Union européenne, a confirmé dans sa déclaration préliminaire avoir imposé un «
quiproquo (donnant donnant)
» aux autorités ukrainiennes, sur ordre exprès du président américain.

    Destitution: Gordon Sondland, un témoignage catastrophique pour Trump

  2. Un patient infecté qui suit correctement son traitement peut en effet devenir «indétectable» et ne plus représenter de danger d’infection.

    Sida: comment gagner la bataille de la bithérapie

  3. belgaimage-140898853-full

    Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

La chronique
  • Les tweets prolétariens du Vlaams Belang

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite