Transports, hôpitaux, enseignement…: la Belgique paralysée par la grève nationale ce mercredi (direct)

Transports, hôpitaux, enseignement…: la Belgique paralysée par la grève nationale ce mercredi (direct)

La Belgique tournera au ralenti ce mercredi 13 février en raison de la grève nationale qui n’épargnera aucun secteur. Transports en commun, ports, collecte des déchets, entreprises, poste, hôpitaux, zonings ou centres commerciaux seront touchés par la grève nationale. Cette vaste mobilisation fait suite à l’échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020.

>Grève nationale : l’espace aérien belge fermé depuis 22h

Dans les transports

Dans les transports publics, l’appel à la grève a été lancé par le front commun syndical CSC-FGTB-CGSLB à la SNCB, dans les TEC, à la STIB et De Lijn. De fortes perturbations de divers degrés sont attendues sur tous les réseaux.

Le rail sera paralysé mardi dès 22h00 jusqu'à mercredi 22h. La SNCB mettra en oeuvre un service minimum. La société des chemins de fer s’attend donc à ce que la moitié des trains roulent malgré la grogne.

> Grève nationale du 13 février : la circulation des trains, bus et métros fortement perturbée

En revanche, le trafic ferroviaire international ne devrait pas être trop touché par la grève. Thalys a prévu une seule annulation entre Bruxelles et Paris alors qu’Eurostar ne s’attend pas à des problèmes majeurs pour les passagers devant se rendre en Angleterre. Seules les personnes voyageant en Eurostar vers la France (Lille ou Calais) devront revoir leurs plans en raison de la fermeture du terminal « intra-Schengen » en gare de Bruxelles-Midi. Il s’agit d’une minorité de passagers.

Le trafic aérien sera aussi fortement touché par la grève. Skeyes (ex-Belgocontrol), la société en charge du contrôle aérien en Belgique, a décidé de limiter la capacité du trafic aérien à 50 % pendant l’action syndicale. L’aéroport de Charleroi sera fermé au trafic. A Brussels Airport, plus de trois quarts des vols ont d’ores et déjà été annulés. Environ 60.000 voyageurs étaient attendus à Zaventem ce mercredi.

L’appel à la grève a aussi été lancé dans les ports. A Anvers, le mouvement syndical devrait avoir un impact considérable avec des pertes de plusieurs millions d’euros. Le port de Gand sera quasiment paralysé par la grève.

L’Union belge du transport (UBT) a appelé les chauffeurs de bus, routiers, taximen, déménageurs à rejoindre le mouvement.

Les zonings industriels et centres commerciaux ne seront pas épargnés par la grève avec blocages de ronds-points et fermetures d’entreprises. De nombreux piquets de grève seront installés devant des entreprises un peu partout dans le pays.

Dans les administrations

Les administrations locales et régionales – parmi lesquelles les CPAS, les provinces, les pompiers, les polices locales et fédérale, les hôpitaux et les intercommunales – ne seront pas en reste et prendront également part au mouvement.

>Commerces, écoles, hôpitaux, police, transports : le point sur la grève du 13 février

Pour la police intégrée, la CGSP et la CSC ont aussi appelé à la grève.

La distribution du courrier sera, elle aussi, perturbée, tout comme la collecte des déchets. Certains recyparcs devraient aussi rester portes closes.

La grève sera aussi couverte dans l’enseignement, même si aucun appel à la grève n’a été officiellement lancé. L’accueil se déroulera normalement dans les écoles.

Enfin, les hôpitaux seront aussi touchés à divers degrés par la grève. Selon les institutions, il y aura soit un service minimum (salles d’opération pour urgences, polyclinique fermée, etc.), soit un service limité (au cas par cas par les services).

Négociations

La mobilisation fait suite à l’échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020. Le Conseil central de l’Économie a fixé à 0,8 % la marge de progression salariale en plus de l’indexation. Aux yeux des syndicats, cette marge est insuffisante.

La dernière grève générale qu’ait connue la Belgique remonte à décembre 2014. Les syndicats étaient alors en rogne contre les mesures prévues par le gouvernement Michel. Mercredi, ils s’en prendront aux employeurs du secteur privé, même si les organisations syndicales du secteur public se joindront également à la grève par solidarité.

Le direct sur mobile

Sur le même sujet
GrèveSyndicats
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite