Grève nationale: barrages filtrants, zonings bloqués (l’infotrafic en temps réel)

La Belgique tourne au ralenti ce mercredi 13 février en raison de la grève nationale qui n’épargne aucun secteur. Transports en commun, ports, collecte des déchets, entreprises, poste, hôpitaux, zonings ou centres commerciaux seront touchés par la grève nationale. Cette vaste mobilisation fait suite à l’échec des négociations sur un accord interprofessionnel (AIP) pour la période 2019-2020.

Les transports en commun sont fortement impactés : un train sur deux roule, la STIB et le Tec sont fortement perturbés.

Calme « exceptionnel » sur les routes

De nombreux navetteurs semblaient avoir pris leurs dispositions ce mercredi matin, jour de grève nationale, la situation étant «  exceptionnellement calme » pour un jour de semaine, selon le Centre flamand du trafic.

« On distingue à peine la formation de files », souligne le Centre. Le pic de bouchons cumulés sur le réseau routier belge a été atteint vers 08h00-08h30 avec une quarantaine de kilomètres contre 160 pour un mercredi habituel à ce moment de la journée.

Les automobilistes ont donc probablement cherché une autre solution. Les experts du trafic avaient fait un constat similaire lors des quelques jours d’offensive hivernale.

Barrages filtrants

De nombreux barrages filtrants ont toutefois été installés en Wallonie. La fermeture de l’espace aérien belge n’a pas empêché la mise en place d’un barrage à l’entrée de l’aéroport de Charleroi.

Les zonings bloqués

Des piquets de grève bloquent l’entrée de plusieurs zonings notamment en Wallonie picarde, à Eupen, Liège, Namur. Plusieurs piquets sont installés depuis 4 heures du matin aux quatre coins de la Belgique.

Suivez l’évolution du trafic en temps réel :

Le direct sur votre mobile

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite