Pont des Trous à Tournai: les journaux français s’emparent de la polémique

© Bureau Greisch
© Bureau Greisch

Construit au XIII, le Pont des Trous est un pont en pierre qui enjambe l’Escaut à Tournai. Longtemps, ce vestige d’architecture militaire a joué son rôle à merveille : un goulot d’étranglement infranchissable des éventuels envahisseurs. Sept cents ans plus tard, l’édifice classé pour sa partie historique – les arches ont été détruites durant la guerre – est de nouveau au cœur d’une âpre bataille tant politique qu’économique.

©Coralie Cardon
©Coralie Cardon

L’évolution de la navigation fluviale et le projet Seine Escaut nécessitent de faire « sauter » ce goulot. Après de vifs débats, c’est l’option de l’élargissement des arches du pont qui a été retenue au détriment d’un petit ou d’un grand contournement, trop coûteux et trop impactant pour la ville.

Et c’est là que le bât blesse. Les Tournaisiens, très attachés à ce véritable emblème communal souhaitaient avoir leur mot à dire. Une consultation populaire a donc été organisée en octobre 2015. Le résultat était sans appel : de toutes les esquisses présentées, c’était celle représentant un pont quasi identique à celui existant qui a remporté les suffrages. Mais en réalité, les habitants étaient surtout invités à se prononcer sur le matériau utilisé pour le futur réaménagement.

Une polémique sur le nouveau plan

Ce quiproquo dans l’organisation même de la consultation populaire est à l’origine de la polémique qui éclate aujourd’hui autour du réaménagement du pont. Les Tournaisiens ont eu l’impression de se prononcer sur l’allure même du pont alors qu’en fait, on ne leur a demandé l’avis que sur le matériau. Or, le nouveau plan dévoile un design très contemporain et épuré avec trois arches fines… sans courtine.

© Bureau Greisch
© Bureau Greisch

Un dessin abhorré par une frange de la population qui l’a rebaptisé le pont « Mc Donald ». D’autant plus que, si le pont tournaisien n’est pas reconnu par l’Unesco, le Beffroi et la cathédrale situés non loin, le sont. L’Unesco pourrait donc considérer que le pont se trouve dans le périmètre de classement.

Les médias français s’en emparent

La polémique, pourtant très locale, n’a pas échappé à plusieurs médias français qui se sont emparé du sujet.

Le Figaro le premier dénonce, mardi, la « destruction de l’un des chefs-d’œuvre de la ville ». L’auteur rappelle que les « associations culturelles crient au scandale », et qu’à moins « d’une menace de l’Unesco de déclasser la ville ou d’un repli de la région wallonne, le pont disparaîtra d’ici la fin de l’année. »

Pour le Parisien, c’est l’impact négatif sur le tourisme qui est mis en avant si l’Unesco venait à déclasser les monuments inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

Actualité oblige, BFMTV indique que les gilets jaunes ont déployé une banderole dimanche pour « contester la destruction programmée par le gouvernement de Wallonie ».

Enfin, Le Point souligne le caractère historique et rare du pont. « On ne parle pas d’un bâtiment anodin pour la ville de Tournai. Le pont des Trous a nécessité 50 ans pour être construit. Il a résisté aux attaques d’Édouard III, roi d’Angleterre en 1340. Seule la Seconde Guerre mondiale en sera venue à bout. À l’heure actuelle, c’est l’un des trois seuls ponts militaires encore debout dans le monde. »

Stéphane Bern, fervent défenseur du patrimoine a également réagi sur Twitter, et en « appelle au bon sens ».

Les travaux, financés par la région wallonne et l’Union européenne débuteront dans l’année.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite