La grève nationale paralyse la Belgique: «Marre d’être pris pour des poires» (vidéos)

© Photo News
© Photo News

La Belgique tourne au ralenti ce mercredi 13 février. Un train sur deux circule, la SNCB ayant privilégié les heures de pointe. En ce qui concerne la Stib et le TEC, la situation est plus complexe. Peu de métros, trams et bus roulent en Wallonie et à Bruxelles. Sur les routes, la situation était « exceptionnellement calme » le matin, les automobilistes ayant probablement cherché une autre solution.

En Flandre, une voiture a foncé sur un piquet de grève et a blessé deux personnes.

Gares et aéroport déserts, piquets…: la grève nationale en images

De nombreux magasins sont fermés, l’accès à la plupart des zonings est fermé, les administrations tournent au ralenti. Un service minimum est garanti dans les hôpitaux. Nombreux sont les témoignages des personnes exprimant leur désarroi.

Charles Michel a appelé les partenaires sociaux à revenir à la table des négociations. Les syndicats ne sont pas contre mais exigent du patronat un salaire décent.

Le point sur les perturbations.

De nombreux magasins fermés

Les portes d’une centaine de supermarchés resteront fermées. La chaîne Carrefour compte 44 fermetures de magasins et Delhaize 68. La majorité des enseignes sont toutefois ouvertes. Tout le pays est touché par ces fermetures, bien que le sud de la Belgique soit un peu plus affecté.

La chaîne Delhaize connaît une situation semblable. Ces franchisés sont les supermarchés AD, les enseignes de proximité Proxy-Delhaize et les petits magasins Shop &Go.

Les magasins gérés par Delhaize sont toutefois bien plus touchés par la grève. L’impact est plus important à Bruxelles et en Wallonie. Il est aussi question d’actions sporadiques dans des centres de distribution Delhaize mais qui n’ont pas d’impact sur l’approvisionnement des magasins. Chez Carrefour aussi, les enseignes sont correctement livrées.

► Tous les centres commerciaux fermés à Charleroi

Les transports

Stib

– à Bruxelles

Les métros ne circulent que sur la ligne 1 entre les stations Gare de l’Ouest et Montgomery. Un bus navette assue toutefois la liaison entre Simonis et De Brouckère. Roulent les trams sur les lignes 3, 4, 7, 51, 82 et 92 et seuls les arrêts des lignes de bus 29,46, 71 et 87 sont desservis.

TEC

– en Wallonie : cliquez ici pour un aperçu de la situation

Le réseau des transports en commun wallons est fortement perturbé.

Le TEC Liège-Verviers est pratiquement à l’arrêt, tandis qu’aucun métro n’est sorti des dépôts du TEC Charleroi, hormis les services de Jumet assurés à 9 %.

Seuls 5 % des services étaient assurés par le TEC dans la région Eupen et Fagnes, le reste du réseau Liège-Verviers étant paralysé par la grève.

Dans le Brabant wallon, 17 % des parcours étaient desservis.

Le TEC Hainaut estime que 10 % des services seraient assurés à Mons, 15 % dans le Borinage et 2 % dans le Centre. Les usagers pouvaient s’attendre à un taux de circulation plus important en Hainaut occidental, soit 71 %.

En province de Namur, un bus sur trois roule, pour plus de deux tiers dans le Luxembourg belge.

SNCB

Comme annoncé les jours précédant la grève, un train sur deux en moyenne a roulé ce mercredi matin. La SNCB a surtout mis l’accent sur les lignes IC. Les trains P, spécialement prévus en heures de pointe en temps normal, ont été supprimés pour la plupart.

En revanche, l’offre de trains S a été partiellement maintenue, surtout en heures de pointe afin de permettre aux navetteurs de se rendre dans les grandes villes. Cette offre suburbaine, développée notamment autour de Bruxelles, Charleroi et Liège, est parfois moins connue des voyageurs, mais dessert de nombreuses petites gares dans les villes. Elle peut donc constituer une alternative aux réseaux de transport en commun régionaux, plus fortement touchés mercredi.

Les navetteurs sont encore invités à consulter le planificateur de voyages de la SNCB pour savoir si des trains assureront leurs trajets et pour en connaître les horaires. Plus d’infos sur le site www.sncb.be

La grève du rail a commencé mardi à 22h00 et prendra fin mercredi à la même heure.

L’espace aérien fermé

Un calme inhabituel régnait mercredi matin dans le hall des départs de Brussels Airport, après la fermeture de l’espace aérien en raison de la grève nationale. Une cinquantaine de passagers se sont toutefois présentés, a indiqué la porte-parole de l’aéroport Nathalie Pierard, malgré l’avertissement lancé la veille.

Le courrier distribué

La distribution du courrier est globalement assurée dans l’ensemble du pays, a fait savoir une porte-parole de bpost. Les tournées des journaux ont ainsi été effectuées à plus de 95 %, tant en Wallonie qu’en Flandre et à Bruxelles. Quant à l’acheminement des lettres et des colis, la situation est meilleure dans le nord que dans le sud du pays, où seules 68 % des tournées sont assurées.

Le mouvement de grève, qui touche de nombreux secteurs à travers tout le pays, n’affectera finalement pas trop la distribution du courrier ce mercredi.

Les zonings bloqués

Les écoles

Les hôpitaux

Les revendications des syndicats

► Ska (CSC) et Vertenueil (FGTB) : « On veut changer la loi et revenir à une négociation des salaires »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle du vote en commission parlementaire a été accueillie avec satisfaction par les militants pour le climat qui ont quitté leur campement de la place du Trône à Bruxelles.

    Loi climat: la réforme de la Constitution, une victoire à la Pyrrhus?

  2. Skeyes annonce à nouveau un mouvement de grève
: c’est pour ce mercredi à Charleroi entre 8 et 10 heures du matin.

    Grève des contrôleurs du ciel: encore des actions ce mercredi

  3. Raymond Behr, mis à l’honneur par Philippe et Mathilde, à l’occasion de la cérémonie de commémoration au Mémorial de la guerre de Corée.

    Visite d’Etat en Corée: Philippe citoyen d’honneur, Raymond citoyen mis à l’honneur

Chroniques
  • Lettre du Brexit: «Les fantômes et les excentriques font bon ménage»

    Par Marc Roche

    Pour suivre la manifestation du « People’s Vote » en faveur d’un deuxième référendum sur le Brexit, je m’étais posté devant le 10 Downing Street. L’emplacement était bien choisi. Le million de marcheurs du « People’s Vote » (chiffre au pifomètre) qui défilaient entre Hyde Park et Trafalgar square dans une atmosphère joyeuse n’avaient d’yeux que pour la résidence du Premier ministre, symbole par excellence du bourbier actuel.

    Pourtant, le vrai pouvoir par ces temps tourmentés du Brexit n’est plus niché dans la modeste maison de briques au bout d’une petite rue fermée au trafic. L’élégant bâtiment de style géorgien adjacent à « Number Ten » tire dans l’ombre toutes les ficelles du largage des amarres. Seule une plaque discrète à l’entrée indique le mystérieux occupant des lieux : le Cabinet Office.

    Au confluent du « triangle d’or » monarchie-gouvernement-parlement, la haute fonction publique britannique s’enquiert peu des apparences du pouvoir. Exerçant sa mission à l’écart de la lumière des projecteurs, le...

    Lire la suite

  • Climat: Ô Miroir, suis-je du bon côté de l’histoire?

    Ceux qui, dans le monde politique, pensaient que les petits jeunes du climat et tous ceux qui protestent avec eux depuis des semaines allaient faire trois petits tours et puis rentrer à la niche, en sont pour leurs frais. Certains en ont même perdu leur boussole climatique. Ainsi le MR, qui en quelques semaines a cafouillé dans son attitude sur la loi climat et la révision de la constitution. Un ours polaire n’y retrouverait pas ses jeunes…

    La cause de ces changements de cap ? Ne cherchez pas...

    Lire la suite