Découverte de l’épave du légendaire porte-avions USS Hornet à 5.400 mètres de profondeur (photos)

© Twitter
© Twitter

L’épave du légendaire porte-avions USS Hornet, coulé pendant la Deuxième Guerre mondiale, a été retrouvée au fond de l’Océan Pacifique. Le navire, qui a pris part à plusieurs batailles entre les Etats-Unis et le Japon, gisait par 5.400 mètres de profondeur, a indiqué l’équipe de recherches. Celles-ci ont été financées par feu Paul Allen, co-fondateur avec Bill Gates de Microsoft en 1975.

Le porte-avions a sombré en octobre 1942 pendant la bataille autour des Iles Salomon à l’est de la Nouvelle-Guinée. Le bâtiment avait été sévèrement endommagé par une série d’attaques menées par les bombardiers et les kamikazes japonais, contraignant l’équipage à abandonner le navire avant qu’il ne soit envoyé par le fond par quatre torpilles japonaises.

« Le légendaire porte-avions a écrit l’histoire »

L’équipe de chercheurs a pu déterminer l’emplacement de l’épave du bâtiment fin janvier grâce à son navire de recherches mais aussi grâce à l’examen des archives de la marine. Les chercheurs tenaient absolument à retrouver le Hornet parce que «le légendaire porte-avions a écrit l’histoire et a participé à la Bataille du Pacifique pendant la Deuxième Guerre mondiale», a expliqué le chef de l’expédition.

L’USS Hornet a notamment participé au Raid de Doolittle, une attaque surprise orchestrée par l’armée américaine en avril 1942 en réponse à l’attaque sur Pearl Harbor menée par le Japon contre les Etats-Unis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite