Tour de Colombie: Hodeg (Deceuninck-Quick Step) remporte la 2e étape au sprint et prend la tête

©Photonews
©Photonews

Le Colombien Alvaro José Hodeg (Deceuninck-Quick Step) a remporté au sprint la 2e étape du Tour de Colombie cycliste (2.1) disputée à La Ceja sur un circuit parcouru cinq fois pour un total de 150,5km, mercredi.

Le jeune Colombien de 22 ans, vainqueur de la Handzame Classic l’an dernier, décroche la 6e victoire de sa carrière. Grâce aux dix secondes de bonifications récoltées à l’arrivée, Hodeg endosse le maillot de leader au classement général au détriment d’un autre Colombien, Rigoberto Uran en tête la veille grâce au succès de son équipe EF Education First dans le contre-la-montre d’ouverture mardi.

C’est la 5e victoire de l’année déjà pour la formation de Patrick Lefevere qui compte en ses rangs Iljo Keisse, seul Belge sur les routes de Colombie cette année. L’Estonien Martin Laas a pris la 2e place du sprint. Un autre Colombien Sebastian Molano, 3e, complète le podium.

L’échappée du jour était composée de deux coureurs, le Suisse Simon Pellaud (IAM Excelsior) et l’Espagnol Oscar Sevilla (Medellin), contrôlée par le peloton et annihilée à deux kilomètres de l’arrivée.

Jeudi, la 3e étape propose un parcours de 167,7 km à à Llanogrande. Le Tour de Colombie s’achève dimanche au terme de la 6e étape.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite