Colombie: un homme condamné à 60 ans de prison pour agressions sexuelles sur 276 enfants

Photo d’illustration ©AP
Photo d’illustration ©AP

Un homme, accusé d’avoir agressé sexuellement au moins 276 enfants et adolescents en Colombie, a été condamné à 60 ans de prison, peine maximale pour ce type de crime, mercredi par un tribunal de Bogota.

«  Le juge a condamné à 60 ans de prison Juan Carlos Sanchez », détenu à la prison de haute sécurité La Picota, dans la capitale colombienne, a précisé le Parquet sur son compte Twitter. Se surnommant lui-même « Lobo Feroz » (Loup féroce), l’accusé avait admis en septembre sa culpabilité pour agression sexuelle sur mineur de 14 ans, actes sexuels avec mineur de 14 ans, agression sexuelle violente et pornographie infantile.

La Colombie avait demandé son extradition

Cet homme, qui aurait près d’une quarantaine d’années, mais dont l’âge exact n’est pas confirmé, abordait ses futures victimes dans des centres commerciaux de la ville caribéenne de Barranquilla (nord). Il leur proposait de l’argent avant de les emmener dans des lieux où il les forçait à avoir des relations sexuelles, dont il publiait les images sur l’internet.

Il avait été arrêté le 29 novembre 2017 à Maracaibo, au Venezuela, après cinq ans de recherches. En janvier 2018, la Colombie avait demandé son extradition.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite