Marche pour le climat: plus de 15.000 jeunes mobilisés à travers le pays

Marche pour le climat: plus de 15.000 jeunes mobilisés à travers le pays

Après une semaine avec une mobilisation centrée sur Louvain, dans le Brabant flamand, les «jeudis pour le climat» initiés par le mouvement Youth for Climate ont retrouvé Bruxelles comme centre d’action ce jeudi. Ce 14 février marquait la 6e marche de ce type, et la 5e rassemblant massivement des jeunes des différentes communautés linguistiques du pays. La première action «Spijbelen voor het klimaat» ("sécher les cours pour le climat», NDLR) avait en effet, le jeudi 10 janvier, concerné surtout des élèves flamands.

Bruxelles

Environ 11.000 jeunes ont marché dans les rues de la capitale pour exiger des autorités des politiques climatiques ambitieuses, selon une estimation de la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. Ils sont partis peu avant 11h00 de la Gare du Nord et se sont rendus vers la Gare du Midi. Au-delà des élèves de secondaire, de nombreux étudiants du supérieur étaient présents, à l’appel du mouvement Students for Climate. Selon l’organisation coupole des étudiants louvanistes LOKO (Leuvense Overkoepelende Kringorganisatie), des centaines d’étudiants de Louvain ont fait le déplacement vers Bruxelles, maintenant que la période d’examens est terminée. Plusieurs centaines de jeunes Liégeois ont fait de même, des élèves du secondaire et des étudiants du supérieur qui se sont d’abord rassemblés à la gare des Guillemins pour prendre le train vers l’évènement bruxellois.

Wallonie

Une coalition pluraliste d’organisations de jeunesse et de conseils d’étudiants a initié une marche des jeunes à Mons, en matinée. Elle a mobilisé un millier de jeunes du secondaire et du supérieur à partir de 10h00 à la gare de Mons, avant que le cortège ne se mette en marche vers la Grand-Place.

Pour la première fois, plus de 1.200 élèves étaient réunis dans les rues de Jodoigne dans le cadre des jeudis pour le climat. Les directions de trois écoles secondaires, l’Institut Saint-Albert, l’Athénée royal de Jodoigne et le CEPES, étaient impliquées.

Environ 300 élèves ont marché à Namur, d’autres jeunes ayant choisi de rallier la capitale. Une délégation d’élèves a été reçue au Parlement wallon en marge de la marche, pour s’entretenir durant près d’une heure avec les députés Eliane Tillieux (PS) et Stéphane Hazée (Ecolo), entre autres au sujet des transports en commun, des circuits courts et de l’eau.

>«Célibataire cherche climat stable pour relation durable»: les jeunes marchent à Bruxelles

Flandre

A Tervuren, en périphérie de Bruxelles, quelque 200 élèves du Koninklijk Atheneum ont marché sur initiative de Jong Tervuren for Climate.

A Ichtegem, en Flandre occidentale, quelque 350 élèves de primaire sont sortis dans les rues, de deux écoles qui avaient organisé à l’occasion de la Saint-Valentin une manifestation sous le signe «amour de la nature».

Selon la police locale, pas moins de 1.200 élèves et enseignants d’écoles de Diest, dans le Brabant flamand, ont participé localement à une autre marche pour le climat.

>La Suédoise Greta Thunberg marchera à Bruxelles pour le climat le 21 février

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite