Marche pour le climat: plus de 15.000 jeunes mobilisés à travers le pays

Marche pour le climat: plus de 15.000 jeunes mobilisés à travers le pays

Après une semaine avec une mobilisation centrée sur Louvain, dans le Brabant flamand, les «jeudis pour le climat» initiés par le mouvement Youth for Climate ont retrouvé Bruxelles comme centre d’action ce jeudi. Ce 14 février marquait la 6e marche de ce type, et la 5e rassemblant massivement des jeunes des différentes communautés linguistiques du pays. La première action «Spijbelen voor het klimaat» ("sécher les cours pour le climat», NDLR) avait en effet, le jeudi 10 janvier, concerné surtout des élèves flamands.

Bruxelles

Environ 11.000 jeunes ont marché dans les rues de la capitale pour exiger des autorités des politiques climatiques ambitieuses, selon une estimation de la police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles. Ils sont partis peu avant 11h00 de la Gare du Nord et se sont rendus vers la Gare du Midi. Au-delà des élèves de secondaire, de nombreux étudiants du supérieur étaient présents, à l’appel du mouvement Students for Climate. Selon l’organisation coupole des étudiants louvanistes LOKO (Leuvense Overkoepelende Kringorganisatie), des centaines d’étudiants de Louvain ont fait le déplacement vers Bruxelles, maintenant que la période d’examens est terminée. Plusieurs centaines de jeunes Liégeois ont fait de même, des élèves du secondaire et des étudiants du supérieur qui se sont d’abord rassemblés à la gare des Guillemins pour prendre le train vers l’évènement bruxellois.

Wallonie

Une coalition pluraliste d’organisations de jeunesse et de conseils d’étudiants a initié une marche des jeunes à Mons, en matinée. Elle a mobilisé un millier de jeunes du secondaire et du supérieur à partir de 10h00 à la gare de Mons, avant que le cortège ne se mette en marche vers la Grand-Place.

Pour la première fois, plus de 1.200 élèves étaient réunis dans les rues de Jodoigne dans le cadre des jeudis pour le climat. Les directions de trois écoles secondaires, l’Institut Saint-Albert, l’Athénée royal de Jodoigne et le CEPES, étaient impliquées.

Environ 300 élèves ont marché à Namur, d’autres jeunes ayant choisi de rallier la capitale. Une délégation d’élèves a été reçue au Parlement wallon en marge de la marche, pour s’entretenir durant près d’une heure avec les députés Eliane Tillieux (PS) et Stéphane Hazée (Ecolo), entre autres au sujet des transports en commun, des circuits courts et de l’eau.

>«Célibataire cherche climat stable pour relation durable»: les jeunes marchent à Bruxelles

Flandre

A Tervuren, en périphérie de Bruxelles, quelque 200 élèves du Koninklijk Atheneum ont marché sur initiative de Jong Tervuren for Climate.

A Ichtegem, en Flandre occidentale, quelque 350 élèves de primaire sont sortis dans les rues, de deux écoles qui avaient organisé à l’occasion de la Saint-Valentin une manifestation sous le signe «amour de la nature».

Selon la police locale, pas moins de 1.200 élèves et enseignants d’écoles de Diest, dans le Brabant flamand, ont participé localement à une autre marche pour le climat.

>La Suédoise Greta Thunberg marchera à Bruxelles pour le climat le 21 février

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • En principe, les traces d’Armstrong et Aldrin sont toujours là, sauf si une météorite est tombée à proximité... © Reuters.

    Par Marie Terol (st.)

    Société

    Des fake news détricotées au clair de Lune

  • Les campings modestes, tels que popularisés par Franck Dubosc dans les films «
Camping«
, représentent moins de 25
% de l’offre globale, contre 60
% il y a seulement quelques années.

    Par Anaïs Ginori («La Repubblica»)

    Lena

    La France perd ses campings populaires

  • 70
% des brevets délivrés par l’ESA servent au secteur des télécommunications. © D.R.

    Par Eva Mbengue (st.)

    Société

    Quand les découvertes spatiales profitent aux entreprises

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite