Affaire Skripal: un site d’investigation identifie un 3e suspect russe

Affaire Skripal: un site d’investigation identifie un 3e suspect russe

Le groupe d’investigation Bellingcat a affirmé jeudi avoir identifié un troisième suspect, un officier du renseignement militaire russe (GRU), dans l’affaire d’empoisonnement de l’ex-agent double Sergueï Skripal.

>Affaire Skripal: Moscou menace l’UE de «représailles» après de nouvelles sanctions

«Après une enquête conjointe de quatre mois avec nos partenaires The Insider (Russie) et Respekt (République tchèque), Bellingcat peut maintenant révéler la véritable identité et les antécédents de cet officier du GRU, qui opérait au niveau international sous la couverture de Sergueï Vyachaeslavovitch Fedotov», écrit Bellingcat.

«Il s’agit de Denis Vyacheslavovitch Sergeev, officier de haut rang du GRU et diplômé de l’Académie diplomatique militaire de Russie», ajoute le groupe d’investigation, qui avait déjà révélé les noms des deux personnes suspectées de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, survenu le 4 mars 2018 à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre).

Selon Bellingcat, ce troisième suspect était arrivé à Londres le 2 mars 2018 à bord d’un vol en provenance de Moscou, quelques heures avant les deux autres suspects. Le groupe d’investigation indique ne pas pouvoir à ce stade déterminer quel a été son rôle, ni s’il s’est lui-même rendu à Salisbury.

Un autre empoisonnement possible

Interrogé à ce sujet, la police britannique a refusé de confirmer ces informations, soulignant que les enquêteurs poursuivaient leur travail, y compris concernant l’identification de personnes pouvant avoir été impliquées dans cette affaire.

Selon Bellingcat, ce troisième suspect pourrait aussi être lié à un possible empoisonnement commis en Bulgarie en 2015. Le 28 avril de cette année là, Emilian Gebrev, homme d’affaires dans le secteur de l’armement, avait été hospitalisé après s’être effondré lors d’une réception à Sofia. Son fils et un haut cadre de son entreprise avaient également été affectés.

Après une période de coma, l’état de M. Gebrev, âgé de 64 ans aujourd’hui, s’était amélioré et il était sorti de l’hôpital un mois plus tard, rapporte Bellingcat. Le groupe d’investigation affirme que l’agent du GRU était arrivé en Bulgarie quelques jours avant que les trois hommes ne soient frappés par ce mal mystérieux.

>Affaire Skripal: les Etats-Unis préparent une deuxième vague de sanctions «sévères» contre la Russie

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
La manière dont la politique budgétaire reste conçue globalement en Europe privilégie une rigidité qui n’a aucun sens
», dit Paul Magnette. A ses côtés, Olivier Chastel ne dément pas. © Pierre-Yves Thienpont.

    Le face-à-face: Olivier Chastel et Paul Magnette, pas d’accord, pas distants

  2. Manifestations étudiantes ce 21 mai à Alger comme tous les mardis depuis trois mois.

    Algérie: le chef de l’armée tente de mettre la contestation au pas

  3. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite