Bright Brussels, fête des lumières, fait pétiller le cœur de Bruxelles (vidéo)

Il y a de la lumière partout, de toutes les couleurs, de Pacheco au Marché aux Grains. © Mathieu Golinvaux.
Il y a de la lumière partout, de toutes les couleurs, de Pacheco au Marché aux Grains. © Mathieu Golinvaux.

C’est le banc des lectures avides sous les robiniers de Pacheco qui se met à scintiller de mille couleurs, la faute aux bonhommes de neige à facettes. C’est la place des soirées calmes devant le Béguinage qui swingue entre le passé et l’avenir. C’est le terrain de basket sauvage au Marché aux Grains qui joue avec les lumières et les pieds… C’est Bright Brussels, le festival qui illumine Bruxelles, jusqu’à dimanche.

Après une première édition limitée, au bord du Canal, et une deuxième qui avait drainé la grande foule, Bright Brussels s’étend désormais de Kanal à Sainte-Catherine. Avec de grands noms qui ont installé leurs œuvres de lumière.

C’est que la formule connaît un grand succès aux quatre coins du monde, mais elle a un coût important (tant pour financer la présence des œuvres que pour assurer leur sécurité). Voilà pourquoi Visit Brussels rêve d’embarquer dans l’aventure des privés, dont le soutien financier permettrait de prolonger de quelques soirs la féerie lumineuse. Cette année, il faut donc « se contenter » d’une douzaine d’installations, visibles jusqu’à dimanche. Mais c’est déjà synonyme d’une bien belle soirée au centre-ville.

Sur le même sujet
Festivals et carnavals
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite