Les renseignements de la Défense ont tenté d’approcher le régime syrien

© Steven Vandeput, l’ancien ministre de la Défense
© Steven Vandeput, l’ancien ministre de la Défense

Les services de renseignement militaires (Service général du renseignement et de la sécurité, SGRS) ont tenté en 2016 un rapprochement avec le régime syrien de Bachar el-Assad. Des officiels belges se sont rendus au moins deux fois à Damas, révèle De Morgen vendredi. L’ancien ministre de la Défense Steven Vandeput (N-VA) affirme ne pas être au courant.

>La guerre en Syrie a fait plus de 360.000 morts depuis 2011

Après les attentats de Paris et de Bruxelles, les services de renseignement belges étaient pressés de rassembler des informations sur le groupe terroriste Etat islamique et les djihadistes européens. Deux agents expérimentés du SGRS se sont alors rendus au moins deux fois dans la capitale syrienne afin d’y rencontrer des responsables des services de renseignement syriens et l’entourage du président Bachar el-Assad. Le patron du SGRS, le général Eddy Testelmans, aurait également planifié une visite, mais ces plans ne se sont jamais concrétisés. L’homme est depuis lors pensionné.

>Trump décide de retirer ses troupes de Syrie: les alliés inquiets, la Russie jubile

L’objectif derrière ces tentatives de rapprochement était double: découvrir si le régime détenait des informations utiles sur des djihadistes en Europe; et aussi tenter d’établir un canal de communication d’urgence. Les avions de combat F-16 belges ont en effet participé entre 2014 et 2017 à des bombardements contre l’Etat islamique. Si un pilote belge venait à être abattu en Syrie, les services de renseignement militaires belges voulaient être prêts à le sauver rapidement.

Un accord concret n’a finalement jamais été conclu. Les raisons n’en sont pas déterminées.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite