Une peine de travail de 80 heures pour l’un des fauteurs de troubles du Nouvel An à Molenbeek

Une peine de travail de 80 heures pour l’un des fauteurs de troubles du Nouvel An à Molenbeek

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a condamné, vendredi matin, l’un des fauteurs de troubles de la nuit du Nouvel An à Molenbeek-Saint-Jean à une peine de travail de 80 heures. Ce dernier a été acquitté de la prévention de menaces mais condamné pour celles d’outrages et de rébellion. La nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019, la police de la zone Bruxelles-Ouest avait dû intervenir aux alentours de la station de métro Etangs Noirs à Molenbeek-Saint-Jean pour de nombreuses exactions commises. Des voitures avaient été incendiées et des commerces pillés.

>Les vidéos et photos du Nouvel An qui a dégénéré à Molenbeek

Le tribunal a considéré que la menace proférée par le prévenu aux policiers n’était pas établie au sens pénal puisqu’elle ne contenait pas d’ordre ou de condition. Il avait déclaré: «tout Molenbeek sera en feu lorsqu’on apprendra mon interpellation», ajoutant qu’il allait «appeler Dirk du PTB» qui lui fournirait «des armes pour tuer des policiers».

Le tribunal a par contre estimé que les préventions d’outrages et de rébellion étaient établies. Il a prononcé une peine de travail de 80 heures à l’encontre du prévenu.

Ce dernier n’est pas l’un des auteurs des plus importants dégâts causés à Molenbeek-Saint-Jean dans la nuit du 31 décembre 2018 au 1er janvier 2019. Mais il faisait partie d’un groupe d’une trentaine de personnes qui ont lancé des projectiles sur la police, quelques heures avant les actes de vandalisme.

>Heurts lors du Nouvel An à Molenbeek: au moins cinq fauteurs de troubles identifiés

Au total, trois véhicules ont été incendiés, deux façades d’habitations et trois commerces ont été vandalisés et une pharmacie a été pillée. Egalement, quatre véhicules de police et deux véhicules de pompiers ont été endommagés à la suite de jets de pierres.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite