L’OMS alerte sur une flambée de rougeole dans le monde

L’OMS alerte sur une flambée de rougeole dans le monde

L’Organisation mondiale de la santé a alerté jeudi sur une flambée de rougeole dans le monde, avec un bond d’environ 50 % des cas signalés l’an dernier par rapport à 2017.

>La station de ski française de Val Thorens touchée par une épidémie de rougeole

« Quand nous voyons les cas signalés augmenter de 50 %, nous savons que nous nous dirigeons dans la mauvaise direction », a déclaré Katherine O’Brien, la directrice du département Vaccination et produits biologiques à l’OMS, lors d’une conférence de presse.

« Nos données montrent qu’il y a une augmentation substantielle (du nombre) des cas de rougeole. Nous le constatons dans toutes les régions. Nous observons des épidémies qui se prolongent et qui prennent de l’ampleur ».

Ces chiffres sont provisoires étant donné que les pays ont jusqu’au mois d’avril pour annoncer les cas enregistrés en 2018.

Selon l’OMS, à la mi-janvier, près de 229.000 cas de rougeole avaient été signalés dans le monde pour 2018, contre environ 170.000 en 2017.

« Toutes les régions ont vu une hausse des cas l’an dernier », a souligné Katrina Kretsinger, la responsable médicale du Programme élargi de vaccination de l’OMS, citant les épidémies en Ukraine, à Madagascar, en République démocratique du Congo, au Tchad et en Sierra Leone. « Dans la région Europe, environ 83.000 cas ont été signalés en 2018 jusqu’à présent, dont 53.000 en Ukraine ».

A Madagascar, des dizaines de milliers de personnes sont touchées par l’épidémie. « D’octobre 2018 au 12 février, un total de 66.278 cas et 922 décès ont été signalés », selon l’OMS. Il s’agit de chiffres transmis par les autorités et Mme Kretsinger a affirmé que le nombre de morts était sans doute plus élevé.

Elle a expliqué que le plan de vaccination contre la rougeole à Madagascar consistait en une seule dose de vaccin, alors que l’OMS en recommande deux, car la première ne fonctionne pas toujours. A l’avenir, Madagascar entend mettre en place une vaccination à deux doses, a-t-elle dit.

>France: une femme de 32 ans décède de la rougeole

Des vaccins nécessaires

La rougeole est une maladie grave et très contagieuse, qui peut être évitée à l’aide de deux doses d’un vaccin « sûr et efficace », selon l’OMS, qui déplore la diffusion de fausses informations sur le vaccin, notamment dans les pays riches.

La rougeole peut causer des complications débilitantes, voire fatales, y compris l’encéphalite, la pneumonie et une perte de vision permanente. Le risque de décès et de complications est particulièrement élevé chez les nourrissons et chez les jeunes enfants qui souffrent de malnutrition ou dont le système immunitaire est affaibli.

L’an dernier, la rougeole a causé la mort d’environ 136.000 personnes dans le monde, selon l’OMS. Le nombre des cas de rougeole avait pourtant diminué jusqu’en 2016, a expliqué Mme Kretsinger.

« Nous reculons par rapport aux progrès réalisés et nous ne reculons pas parce que nous n’avons pas les outils pour empêcher cela, nous avons les outils pour éviter la rougeole. Nous reculons car nous n’arrivons pas à vacciner » les enfants, a relevé Mme O’Brien.

A l’échelle mondiale, « la principale raison » de cet échec dans la vaccination des enfants est que ceux « qui en ont le plus besoin (…) n’ont pas accès au vaccin », a-t-elle dit, soulignant la hausse du nombre des « États fragiles, des urgences sanitaires et des réfugiés » dans le monde. « Les enfants qui ne sont pas vaccinés sont les plus pauvres, ceux qui vivent dans les communautés les plus marginalisées, cela peut être des enfants de réfugiés, de migrants ».

Et en Belgique ?

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite