Les pilotes belges approuvent la convention collective de travail négociée avec Ryanair

© Photo News
© Photo News

Les pilotes affectés aux bases belges de Ryanair ont approuvé (98 % de votes favorables sur 128 suffrages exprimés sur 164 votants potentiels) les termes de la convention collective négociée entre syndicats et direction. Après la promesse, par Ryanair, de reconnaître les lois et règles belges à partir du 1er février, c’est le premier acte concret qui fait suite aux grèves qui se sont succédé durant l’été dernier afin de mettre un terme au « système Ryanair ». Une première victoire mais encore incomplète. Les négociations sociales pour le personnel de cabine, nettement plus nombreux et nettement moins bien payé, sont au point mort.

L’accord que viennent d’approuver les pilotes des deux bases belges (Charleroi et Bruxelles) est contenu dans une convention collective qui devient le premier cadre légal dans les relations de travail. Les pilotes y voient avant tout une garantie de stabilité et d’impossibilité de retour en arrière pour une série d’acquis.

A lire sur Le Soir+: les acquis obtenus par les pilotes; la réaction de la CNE qui n’est pas pleinement satisfaite

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur sa plateforme, NowThis consacre une rubrique à «l’Amérique de Trump».

    NowThis, le «social media» qui défie Trump

  2. Quentin Dupieux résume le film pour Jean Dujardin
: «
Un homme s’en va, on ne sait pas pourquoi, il va acheter une veste et se retire dans les montagnes
».

    Jean Dujardin à propos du «Daim»: «On peut faire des films comme ça aussi en France»

  3. Jean-Marc Nollet.

    Elections 2019: une coalition minoritaire, pas forcément la solution la plus démocratique

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite