Grand Baromètre: la vague verte se confirme, le MR est en baisse

Dans cet article
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre
: les verts ont de bonnes raisons de pavoiser
! © Belga.
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre : les verts ont de bonnes raisons de pavoiser ! © Belga.

Les verts étaient très attendus, pour cette nouvelle édition du Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-TVI-Het Laatste Nieuws-VTM. Et ils confirment les prévisions. A Bruxelles, Ecolo conforte sa place de premier parti, acquise de justesse lors de notre dernier sondage en décembre. Le parti de Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet recueillait alors 18,3 %, soit 0,1 % point de plus que le MR. Mais cette fois, la domination est claire : Ecolo passe à 19,9 %, 4 points devant son premier poursuivant, le Parti socialiste.

En Wallonie, pas de pole position pour les verts, mais une forte progression. La formation écologiste passe de 13,5 % à 16,8 % et réalise son meilleur score depuis les élections de 2014. On remarquera aussi qu’il n’a jamais été aussi proche du MR, quoique près de trois points les séparent des libéraux.

Historique en Flandre

Terminons par la Flandre où le résultat de Groen est encore plus spectaculaire : la formation atteint 15,6 % (+ 3,4 points) et devient le deuxième parti de Flandre, devant le CD&V, qui plafonne à 15 %. Si c’est confirmé dans les urnes, ce serait aussi un événement historique côté flamand. Cette percée des verts intervient évidemment dans le contexte des manifestations pour le climat, qui ont imposé le thème environnemental dans la campagne.

► Theo Francken perd sa première place en Flandre

A Bruxelles, outre la bonne forme des verts, on notera la forte baisse du MR, de 18,2 % à 15,3 %. Cette contre-performance fait perdre au parti libéral sa place de deuxième parti à Bruxelles, détenue depuis mars 2018. Le PS repasse donc deuxième, grâce à une très légère progression (+ 0,5 point). A Bruxelles, on constatera que Défi continue son déclin, en perdant près de deux points de pourcentage.

En Wallonie, le PS conserve sa place de premier parti, à 24,3 % et le MR décline mais moins qu’à Bruxelles (de 20,7 à 19,4 %). Toujours en Wallonie, on remarquera la baisse du PTB, de 13,1 % à 10,7 %.

En Flandre, on notera aussi le relatif maintien de la N-VA, à 27,4 %. Le parti ne semble pas payer son départ du gouvernement fédéral, ni ses positions « écoréalistes » en matière climatique.

► Notre analyse, parti par parti, à retrouver sur Le Soir+

► Retrouvez toutes les analyses dans votre journal ce samedi. Offre spéciale : accédez à tous les contenus de la rédaction pour 1€ pendant 1 mois. Sans engagement.

Méthodologie

Cette vague de 2.550 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 995 en Wallonie, 996 en Flandre et 559 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 5 au 11 février 2019. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,1 à Bruxelles. Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite