Grand Baromètre: la vague verte se confirme, le MR est en baisse

Dans cet article
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre
: les verts ont de bonnes raisons de pavoiser
! © Belga.
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre : les verts ont de bonnes raisons de pavoiser ! © Belga.

Les verts étaient très attendus, pour cette nouvelle édition du Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-TVI-Het Laatste Nieuws-VTM. Et ils confirment les prévisions. A Bruxelles, Ecolo conforte sa place de premier parti, acquise de justesse lors de notre dernier sondage en décembre. Le parti de Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet recueillait alors 18,3 %, soit 0,1 % point de plus que le MR. Mais cette fois, la domination est claire : Ecolo passe à 19,9 %, 4 points devant son premier poursuivant, le Parti socialiste.

En Wallonie, pas de pole position pour les verts, mais une forte progression. La formation écologiste passe de 13,5 % à 16,8 % et réalise son meilleur score depuis les élections de 2014. On remarquera aussi qu’il n’a jamais été aussi proche du MR, quoique près de trois points les séparent des libéraux.

Historique en Flandre

Terminons par la Flandre où le résultat de Groen est encore plus spectaculaire : la formation atteint 15,6 % (+ 3,4 points) et devient le deuxième parti de Flandre, devant le CD&V, qui plafonne à 15 %. Si c’est confirmé dans les urnes, ce serait aussi un événement historique côté flamand. Cette percée des verts intervient évidemment dans le contexte des manifestations pour le climat, qui ont imposé le thème environnemental dans la campagne.

► Theo Francken perd sa première place en Flandre

A Bruxelles, outre la bonne forme des verts, on notera la forte baisse du MR, de 18,2 % à 15,3 %. Cette contre-performance fait perdre au parti libéral sa place de deuxième parti à Bruxelles, détenue depuis mars 2018. Le PS repasse donc deuxième, grâce à une très légère progression (+ 0,5 point). A Bruxelles, on constatera que Défi continue son déclin, en perdant près de deux points de pourcentage.

En Wallonie, le PS conserve sa place de premier parti, à 24,3 % et le MR décline mais moins qu’à Bruxelles (de 20,7 à 19,4 %). Toujours en Wallonie, on remarquera la baisse du PTB, de 13,1 % à 10,7 %.

En Flandre, on notera aussi le relatif maintien de la N-VA, à 27,4 %. Le parti ne semble pas payer son départ du gouvernement fédéral, ni ses positions « écoréalistes » en matière climatique.

► Notre analyse, parti par parti, à retrouver sur Le Soir+

► Retrouvez toutes les analyses dans votre journal ce samedi. Offre spéciale : accédez à tous les contenus de la rédaction pour 1€ pendant 1 mois. Sans engagement.

Méthodologie

Cette vague de 2.550 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 995 en Wallonie, 996 en Flandre et 559 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 5 au 11 février 2019. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,1 à Bruxelles. Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite