Grand Baromètre: la vague verte se confirme, le MR est en baisse

Dans cet article
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre
: les verts ont de bonnes raisons de pavoiser
! © Belga.
Selon notre sondage, Ecolo est le premier parti à Bruxelles et en forte progression en Wallonie, Groen est le deuxième parti en Flandre : les verts ont de bonnes raisons de pavoiser ! © Belga.

Les verts étaient très attendus, pour cette nouvelle édition du Grand Baromètre Ipsos-Le Soir-RTL-TVI-Het Laatste Nieuws-VTM. Et ils confirment les prévisions. A Bruxelles, Ecolo conforte sa place de premier parti, acquise de justesse lors de notre dernier sondage en décembre. Le parti de Zakia Khattabi et Jean-Marc Nollet recueillait alors 18,3 %, soit 0,1 % point de plus que le MR. Mais cette fois, la domination est claire : Ecolo passe à 19,9 %, 4 points devant son premier poursuivant, le Parti socialiste.

En Wallonie, pas de pole position pour les verts, mais une forte progression. La formation écologiste passe de 13,5 % à 16,8 % et réalise son meilleur score depuis les élections de 2014. On remarquera aussi qu’il n’a jamais été aussi proche du MR, quoique près de trois points les séparent des libéraux.

Historique en Flandre

Terminons par la Flandre où le résultat de Groen est encore plus spectaculaire : la formation atteint 15,6 % (+ 3,4 points) et devient le deuxième parti de Flandre, devant le CD&V, qui plafonne à 15 %. Si c’est confirmé dans les urnes, ce serait aussi un événement historique côté flamand. Cette percée des verts intervient évidemment dans le contexte des manifestations pour le climat, qui ont imposé le thème environnemental dans la campagne.

► Theo Francken perd sa première place en Flandre

A Bruxelles, outre la bonne forme des verts, on notera la forte baisse du MR, de 18,2 % à 15,3 %. Cette contre-performance fait perdre au parti libéral sa place de deuxième parti à Bruxelles, détenue depuis mars 2018. Le PS repasse donc deuxième, grâce à une très légère progression (+ 0,5 point). A Bruxelles, on constatera que Défi continue son déclin, en perdant près de deux points de pourcentage.

En Wallonie, le PS conserve sa place de premier parti, à 24,3 % et le MR décline mais moins qu’à Bruxelles (de 20,7 à 19,4 %). Toujours en Wallonie, on remarquera la baisse du PTB, de 13,1 % à 10,7 %.

En Flandre, on notera aussi le relatif maintien de la N-VA, à 27,4 %. Le parti ne semble pas payer son départ du gouvernement fédéral, ni ses positions « écoréalistes » en matière climatique.

► Notre analyse, parti par parti, à retrouver sur Le Soir+

► Retrouvez toutes les analyses dans votre journal ce samedi. Offre spéciale : accédez à tous les contenus de la rédaction pour 1€ pendant 1 mois. Sans engagement.

Méthodologie

Cette vague de 2.550 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 995 en Wallonie, 996 en Flandre et 559 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 5 au 11 février 2019. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,1 à Bruxelles. Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite