Accueil Société

Quatorze crânes congolais au cœur du débat sur la possession de «restes humains» en Belgique

L’ULB a tenté à travers un colloque de faire le point sur l’un des volets les plus sensibles de sa relation avec l’Afrique centrale : la possession de « restes humains ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

S’agirait-il de l’un des derniers chapitres de la décolonisation, qui, comme les précédents, se traduit par un dialogue belgo-congolais difficile mais nécessaire, assorti de polémiques, de malaise, mais aussi de bonne volonté ? Durant une journée, en présence du recteur Yvon Englert, l’ULB a tenté de faire le point sur l’un des volets les plus sensibles de sa relation avec l’Afrique centrale : le fait que l’université soit en possession de « restes humains », soit 14 crânes ramenés du Congo dans les premiers temps de la conquête coloniale, le plus souvent par des militaires.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par LIENARD NORBERT, dimanche 17 février 2019, 10:00

    Mais si on leur rende et qu ils nous fichent la paix ,vous n allez pas me dire que c est de l art

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs