La Banque nationale estime que les crédits hypothécaires sont accordés trop facilement en Belgique

© Le Soir/Sylvain Piraux
© Le Soir/Sylvain Piraux

Febelfin, la fédération du secteur financier, est demandeuse de règles plus strictes en matière de crédits hypothécaires, a déclaré son CEO, Karel Van Eetvelt, vendredi matin sur les ondes de Radio 1.

Dans son rapport annuel, la Banque nationale de Belgique (BNB) a une nouvelle fois quelque peu tancé les banques auxquelles elle reproche des marges trop faibles sur les crédits hypothécaires qu’elles octroient.

Autre reproche : les banques continuent à prêter des montants supérieurs à plus de 80 % de la valeur du bien immobilier financé.« Le message aux banques est très clair : vous devez faire attention », met en garde le gouverneur de la BNB.

« Nous ne sommes pas contents avec ce qui s’est passé », poursuit Pierre Wunsch, avant d’avertir : « Les banques disent qu’il y a beaucoup de concurrence sur le marché belge et qu’elles éprouvent dès lors des difficultés à augmenter leurs marges. Si cela se poursuit, nous ferons quelque chose ».

Face à « l’accumulation de vulnérabilités » dans le secteur, la BNB avait décidé mi-2018 d’instaurer une nouvelle mesure macroprudentielle pour l’immobilier résidentiel visant à augmenter les réserves des banques. Cette mesure a permis la formation par les banques d’un coussin d’environ 1,7 milliard d’euros de fonds propres.

« Il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter »

Febelfin semble être elle-même demandeuse de mesures supplémentaires. « La remarque de la Banque nationale est justifiée », estime Karel Van Eetvelt.« Les banques se courent l’une après l’autre, ce qui est normal d’un point de vue purement économique. Mais cela signifie que la Banque nationale devra venir avec des mesures fortes. L’auto-régulation ne fonctionne pas suffisamment sur ce plan. »

Selon Karel Van Eetvelt, le signal doit être donné qu’il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter une habitation, même si ce genre de message n’est pas facile à délivrer de la part des responsables politiques. « Mais je constate que les mesures qui ont été prises jusqu’à présent ne sont pas assez efficaces. Dans presque tous les pays européens, le superviseur prend ce genre de mesures. »

Dans un communiqué, Febelfin ajoute prendre « au sérieux l’avertissement de la BNB » et se dit consciente que « l’octroi de crédit responsable doit rester le point de départ absolu ».

Mais, « après tout », ajoute la fédération, il n’y a actuellement guère de problèmes, notre pays pratique une saine politique en matière de crédit hypothécaire. Les défauts de paiement sont limités à moins de 1 % de l’ensemble des prêts hypothécaires. Comme le montre le rapport de la Centrale des Crédits aux Particuliers, les défauts de paiement restent peu nombreux depuis des années en Belgique, et ont même baissé ces dernières années.

De plus, le marché du crédit hypothécaire voit les consommateurs opter majoritairement pour des taux d’intérêt fixes et ils sont protégés par la législation, en cas de prêts variables, ceux-ci pouvant au maximum être doublés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  2. Pour le moment, les femmes n’ont qu’une place marginale, face aux imams et autres responsables.

    Des théologiennes pour enseigner «le bon islam» aux musulmanes de Belgique

  3. Bénéficier d’un revenu de base permettrait de choisir des activités librement consenties ou consacrer 
une partie de son temps à sa famille...

    L’allocation universelle: une idée qui séduit en Belgique mais qui a peu de chances de se concrétiser

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite