La Banque nationale estime que les crédits hypothécaires sont accordés trop facilement en Belgique

© Le Soir/Sylvain Piraux
© Le Soir/Sylvain Piraux

Febelfin, la fédération du secteur financier, est demandeuse de règles plus strictes en matière de crédits hypothécaires, a déclaré son CEO, Karel Van Eetvelt, vendredi matin sur les ondes de Radio 1.

Dans son rapport annuel, la Banque nationale de Belgique (BNB) a une nouvelle fois quelque peu tancé les banques auxquelles elle reproche des marges trop faibles sur les crédits hypothécaires qu’elles octroient.

Autre reproche : les banques continuent à prêter des montants supérieurs à plus de 80 % de la valeur du bien immobilier financé.« Le message aux banques est très clair : vous devez faire attention », met en garde le gouverneur de la BNB.

« Nous ne sommes pas contents avec ce qui s’est passé », poursuit Pierre Wunsch, avant d’avertir : « Les banques disent qu’il y a beaucoup de concurrence sur le marché belge et qu’elles éprouvent dès lors des difficultés à augmenter leurs marges. Si cela se poursuit, nous ferons quelque chose ».

Face à « l’accumulation de vulnérabilités » dans le secteur, la BNB avait décidé mi-2018 d’instaurer une nouvelle mesure macroprudentielle pour l’immobilier résidentiel visant à augmenter les réserves des banques. Cette mesure a permis la formation par les banques d’un coussin d’environ 1,7 milliard d’euros de fonds propres.

« Il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter »

Febelfin semble être elle-même demandeuse de mesures supplémentaires. « La remarque de la Banque nationale est justifiée », estime Karel Van Eetvelt.« Les banques se courent l’une après l’autre, ce qui est normal d’un point de vue purement économique. Mais cela signifie que la Banque nationale devra venir avec des mesures fortes. L’auto-régulation ne fonctionne pas suffisamment sur ce plan. »

Selon Karel Van Eetvelt, le signal doit être donné qu’il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter une habitation, même si ce genre de message n’est pas facile à délivrer de la part des responsables politiques. « Mais je constate que les mesures qui ont été prises jusqu’à présent ne sont pas assez efficaces. Dans presque tous les pays européens, le superviseur prend ce genre de mesures. »

Dans un communiqué, Febelfin ajoute prendre « au sérieux l’avertissement de la BNB » et se dit consciente que « l’octroi de crédit responsable doit rester le point de départ absolu ».

Mais, « après tout », ajoute la fédération, il n’y a actuellement guère de problèmes, notre pays pratique une saine politique en matière de crédit hypothécaire. Les défauts de paiement sont limités à moins de 1 % de l’ensemble des prêts hypothécaires. Comme le montre le rapport de la Centrale des Crédits aux Particuliers, les défauts de paiement restent peu nombreux depuis des années en Belgique, et ont même baissé ces dernières années.

De plus, le marché du crédit hypothécaire voit les consommateurs opter majoritairement pour des taux d’intérêt fixes et ils sont protégés par la législation, en cas de prêts variables, ceux-ci pouvant au maximum être doublés.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’idée serait de saluer festivement pour l’un, plus symboliquement pour l’autre, ces deux anniversaires successifs.

    Le Palais réfléchit: comment fêter symboliquement les 18 ans d’Elisabeth sans susciter de mauvaises interprétations?

  2. 1ere photo

    Sur les routes slovaques, à la recherche des acteurs du dumping social

  3. BRUXELLES, rencontre a la redaction avec les cinq candidats d ou

    Ils sont nouveaux en politique: «Si on ne s’engage pas maintenant, on va le regretter»

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: nos ancêtres les… Bourguignons

    Et voilà un livre qui s’est vendu à 50.000 exemplaires en un mois de temps et est d’ores et déjà assuré d’une traduction en allemand et en anglais. Et voilà un auteur qui remplissait ce lundi une salle de 400 personnes à Strombeek-Bever, comme chaque jour de la semaine depuis un mois. Et voilà un travail décliné en podcasts d’une heure et demie sur Radio Klara et qui devrait faire l’objet de représentations en 2020 à la KBR, la Bibliothèque royale de Belgique.

    La raison de cet engouement ? De Bourgondiërs, le dernier opus de l’auteur Bart Van Loo qui a déjà enthousiasmé Flamands et Néerlandais par sa capacité à son Napoléon et son  Histoire chantée de la France. Il a travaillé pendant quatre ans à ce nouvel ouvrage de 600 pages, plongé dans les livres, dialogué avec les médiévistes pour se consacrer finalement à l’écriture avec, aux pieds, des baskets neuves sur lesquelles il a fait inscrire « Philippe Le Hardi ». Un accoutrement qui n’était...

    Lire la suite

  • Orban suspendu du PPE: petites punitions entre amis

    Et voilà donc le Fidesz, le parti du dirigeant hongrois Viktor Orban suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Parti Populaire Européen (PPE) sort, lui, ce jeudi de la position de Ponce Pilate qui a été la sienne durant des années, mais de façon assez hypocrite. Orban et son parti sont en effet publiquement déjugés mais il n’y a rien de définitif dans ce geste tardif posé, qui ne préfigure en rien d’une future exclusion.

    La logique « juridique » impose certes de donner un avertissement avant d’...

    Lire la suite