La Banque nationale estime que les crédits hypothécaires sont accordés trop facilement en Belgique

© Le Soir/Sylvain Piraux
© Le Soir/Sylvain Piraux

Febelfin, la fédération du secteur financier, est demandeuse de règles plus strictes en matière de crédits hypothécaires, a déclaré son CEO, Karel Van Eetvelt, vendredi matin sur les ondes de Radio 1.

Dans son rapport annuel, la Banque nationale de Belgique (BNB) a une nouvelle fois quelque peu tancé les banques auxquelles elle reproche des marges trop faibles sur les crédits hypothécaires qu’elles octroient.

Autre reproche : les banques continuent à prêter des montants supérieurs à plus de 80 % de la valeur du bien immobilier financé.« Le message aux banques est très clair : vous devez faire attention », met en garde le gouverneur de la BNB.

« Nous ne sommes pas contents avec ce qui s’est passé », poursuit Pierre Wunsch, avant d’avertir : « Les banques disent qu’il y a beaucoup de concurrence sur le marché belge et qu’elles éprouvent dès lors des difficultés à augmenter leurs marges. Si cela se poursuit, nous ferons quelque chose ».

Face à « l’accumulation de vulnérabilités » dans le secteur, la BNB avait décidé mi-2018 d’instaurer une nouvelle mesure macroprudentielle pour l’immobilier résidentiel visant à augmenter les réserves des banques. Cette mesure a permis la formation par les banques d’un coussin d’environ 1,7 milliard d’euros de fonds propres.

« Il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter »

Febelfin semble être elle-même demandeuse de mesures supplémentaires. « La remarque de la Banque nationale est justifiée », estime Karel Van Eetvelt.« Les banques se courent l’une après l’autre, ce qui est normal d’un point de vue purement économique. Mais cela signifie que la Banque nationale devra venir avec des mesures fortes. L’auto-régulation ne fonctionne pas suffisamment sur ce plan. »

Selon Karel Van Eetvelt, le signal doit être donné qu’il n’est pas possible pour tout le monde d’acheter une habitation, même si ce genre de message n’est pas facile à délivrer de la part des responsables politiques. « Mais je constate que les mesures qui ont été prises jusqu’à présent ne sont pas assez efficaces. Dans presque tous les pays européens, le superviseur prend ce genre de mesures. »

Dans un communiqué, Febelfin ajoute prendre « au sérieux l’avertissement de la BNB » et se dit consciente que « l’octroi de crédit responsable doit rester le point de départ absolu ».

Mais, « après tout », ajoute la fédération, il n’y a actuellement guère de problèmes, notre pays pratique une saine politique en matière de crédit hypothécaire. Les défauts de paiement sont limités à moins de 1 % de l’ensemble des prêts hypothécaires. Comme le montre le rapport de la Centrale des Crédits aux Particuliers, les défauts de paiement restent peu nombreux depuis des années en Belgique, et ont même baissé ces dernières années.

De plus, le marché du crédit hypothécaire voit les consommateurs opter majoritairement pour des taux d’intérêt fixes et ils sont protégés par la législation, en cas de prêts variables, ceux-ci pouvant au maximum être doublés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite