Brigitte Macron: un internaute risque la prison après un commentaire violent sur Facebook

Brigitte Macron: un internaute risque la prison après un commentaire violent sur Facebook

Un article du 4 février concernant la venue de Brigitte Macron à un match de foot a été posté sur la page Facebook du journal français « L’Union - L’Ardennais ». L’article expliquait qu’elle allait donner le coup d’envoi d’une rencontre de football mixte opposant le Variétés Club de France aux Anciens du Stade de Reims, organisée au profit d’une association, rappelle La Voix du Nord.

Comme souvent lorsqu’il s’agit de la Première dame, les commentaires sont nombreux sous l’article. L’un d’eux est particulièrement virulent et invite à un recours aux armes, comme l’expliquent nos confrères de L’Union.

Quelques jours plus tard, l’avocat parisien de Brigitte Macron, Me Jean Ennochi, adresse une mise en demeure au journal pour supprimer le commentaire, ce qui est fait. Dans le même temps, Brigitte Macron dépose plainte contre X pour « provocation publique, non suivie d’effet, à la commission d’un crime ou d’un délit d’atteinte à la personne ». L’internaute auteur du commentaire est identifié, il s’agit d’un Ardennais de 23 ans.

Il a été mis en garde à vue et entendu jeudi 14 février, il a avoué les faits.

Jusqu’à 5 ans de prison

« Toutes les hypothèses peuvent être envisagées à la lecture d’un commentaire de ce type (...) fait remarquer le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette. Son caractère violent peut induire des comportements de nature délictuelle, y compris de la part de tiers. C’est pour cette raison que j’ai fait le choix d’une poursuite pénale, d’autant que la réponse aura une visée pédagogique dans un contexte un peu particulier. Il s’agit ici de rappeler les limites de la liberté d’expression. »

L’internaute aura à en répondre le mardi 19 mars devant la barre du tribunal correctionnel de Reims. Il encourt une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite