Zineb El Rhazoui, ancienne journaliste chez Charlie Hebdo: «Le devoir de l’ouvrir grand comme ça!»

©Bruno Dalimonte/Le Soir
©Bruno Dalimonte/Le Soir

Présente à la foire du livre de Bruxelles, elle est d’abord interrogée sur la liberté d’écrire, de dire et de penser. La femme la plus protégée de France estime que sa situation l’oblige à s’exprimer. « J’ai le devoir de l’ouvrir grand comme ça ».

Depuis le 14 février, la foire du livre de Bruxelles bat son plein et ce jusqu’à ce dimanche 17. L’invité d’honneur de cet événement est le romancier algérien Boualem Sansal. Un auteur pour lequel l’invitée du Grand oral a la plus grande admiration. «  C’est un homme d’une intelligence rare et d’un courage inouï. Il vit en Algérie et continue d’être l’une des voix les plus brillantes dans le monde sur ce combat crucial pour nous. « Nous », les gens nés sous l’étiquette « Islam », qui n’ont pas eu le choix d’être musulman ou pas, nous dont on interdit de quitter cette religion qui viole nos droits. C’est un combat de dignité, de vie ou de mort pour beaucoup d’entre nous. Boualem Sansal le mène remarquablement  ».

Zineb El Rhazoui commente aussi les accusations portées contre sa maison d’édition « Ring ». L’éditeur est accusé de publier des auteurs de droite extrême ou encore climatosceptiques. Est-elle touchée par ces accusations ? « Je fais très attention avec le mot fachosphère. Aujourd’hui, toute personne qui s’avise de critiquer l’Islam est systématiquement accusée d’être un facho. Nous en avons fait l’expérience avec Charlie Hebdo  ». Il lui est souvent demandé de se justifier par rapport aux auteurs publiés chez Ring. Elle s’interroge sur ce procédé. «  Accuse-t-on les éditeurs de Tariq Ramadan d’être des frères musulmans ? ». Pour Zineb El Rhazoui, il reste à prouver les accusations formulées contre Ring. Elle ajoute : « Avec Ring, personne ne s’est jamais mêlé du contenu éditorial de mon livre, j’ai eu une liberté totale ».

► Foire du livre : le stand de l’ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui, saccagé

Elle a dit

«  L’islam interdit aux messieurs de porter la soie, de porter l’or et l’argent et de montrer la partie qui va du haut du nombril jusqu’au bas des genoux. Pourtant, on n’a pas quelque chose qui s’appelle le ‘Burkaleçon’ ! »

Concernant le scandale de la « ligue du LOL » : « Les auteurs de harcèlement en ligne sont rarement à visage découvert. Ils font ça confortablement derrière un pseudo installé dans un divan »

A propos de son expérience chez Charlie Hebdo : « On ne vérifiait pas la véracité du CV de ceux qui arrivaient chez Charlie Hebdo. Ils arrivaient à la suite d’un combat. Le mien, c’est la laïcité »

Catherine Moureaux (bourgmestre de Molenbeek) souhaite-t-elle lutter contre la radicalisation ? « Si c’est le cas, nous, libres penseurs et laïcs, nous pouvons l’aider. A sa place, j’éviterais cependant de m’allier avec les communautaristes »

«  Ceux qui sont nés dans l’Islam méritent les lumières, ils méritent de s’émanciper du joug de la tradition et de la superstition qui fait régner une chappe de plomb. Théocratie et démocratie ne vont jamais ensemble  »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite