Grand Baromètre: la N-VA et Ecolo sont les partis «les plus fiables»

Dans cet article

S’il est une chose que le citoyen aime en politique, c’est voir un parti qui tient ses promesses. Partant de cela, notre Grand baromètre Ipsos- Le Soir -RTL-TVI-VTM- Het Laatste Nieuws a posé la question de savoir qui est exemplaire en ce domaine…

Les sondés ont été invités à donner une cote sur 10. Premier constat : la classe politique dans son ensemble ne paraît pas fiable au commun des sondés. Aucun parti n’obtient plus de 5/10… Mais certains sont quand même considérés comme plus crédibles que d’autres. Sur tout le pays, c’est la N-VA qui obtient le meilleur score : 4,9 sur 10, suivie de l’OpenVLD (4,8), du CD&V (4,6) et de Groen (4,6). Le premier parti francophone, Ecolo, avec 4,5 arrive en cinquième position. Dans le bas du classement, on trouve le Vlaams Belang, le PVDA, le PTB et le PP, qui ferme la marche avec 2,8/10.

Nous avons également voulu savoir quels étaient les partis au personnel le plus compétent, selon les sondés. Là, des cotes supérieures à 5 apparaissent. Et le vainqueur est à nouveau la N-VA avec 5,5/10, toujours devant l’OpenVLD et le CD&V. Côté francophone, c’est le PS qui apparaît comme le parti le plus compétent, devant Ecolo et le MR. A nouveau, ce sont les partis aux extrémités du spectre politique qui réalisent les moins bonnes performances : 3,6 pour le Vlaams Belang, le PVDA et le PTB et 2,8 pour le parti populaire.

Encore la N-VA

Enfin, nous nous sommes demandés quels partis devaient, selon notre échantillon, faire partie d’un nouveau gouvernement. Et c’est là qu’on voit que le sondé est un être plutôt conséquent : c’est la N-VA qui est à nouveau plébiscitée, au même niveau que l’OpenVLD et devant le CD&V. Côté francophone, les verts, actuellement dans l’opposition partout, sont appelés dans les exécutifs : avec 5/10, ils obtiennent le plus haut score, devant le PS, le MR et le CDH.

Il faut évidemment prendre tout ceci avec la distance que nécessite un sondage, mais les appels à une coalition bleue-verte que l’on entend en Flandre ne sont donc pas rejetés dans ce sondage. Si la N-VA refuse le fédéral, cela pourrait constituer une alternative. Mais il y en a d’autres puisque les socialistes, en tout cas francophones, ne sont pas rejetés non plus.

Méthodologie

Cette vague de 2.550 répondants, formant des échantillons représentatifs des Belges de 18 ans et plus à raison de 995 en Wallonie, 996 en Flandre et 559 dans les 19 communes de la Région Bruxelles-Capitale, a été réalisée du 5 au 11 février 2019. Les interviews ont eu lieu en ligne. La marge d’erreur maximale, pour un pourcentage de 50 % et un taux de confiance de 95 % est de +– 3,1 en Wallonie et en Flandre et de +– 4,1 à Bruxelles. Affiliations : ESOMAR, Consumer Understanding Belgium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

  2. d-20190920-3W685Y 2019-09-20 08:13:25

    Nethys: une semaine de révélations dans «Le Soir»

  3. d-20190830-3VTLPV 2019-08-30 11:01:52

La chronique
  • {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite