RD Congo: polémique autour du discours prononcé vendredi par Félix Tshisekedi

RD Congo: polémique autour du discours prononcé vendredi par Félix Tshisekedi

Une polémique est née autour du discours prononcé vendredi par le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, à l’occasion d’une cérémonie de voeux devant le corps diplomatique à Kinshasa. Alors que le nouveau président a évité oralement la question sur les sanctions qui frappent des personnalités congolaises proches de son prédécesseur Joseph Kabila, certains médias en ont cependant fait l’écho. «  Ce texte était préparé par le ministère des Affaires étrangères, on a essayé de lui forcer la main », assure un proche du nouveau président, cité par Radio France Internationale (RFI) sur son site internet.

► Tshisekedi souhaite la levée des sanctions de l’UE visant des pro-Kabila

«  Dans l’équipe de Félix Tshisekedi, on dit ne pas comprendre ce qui s’est passé. La mention était dans la version finale du discours. C’est celle qui a été transmise à toute la presse congolaise comme étrangère », note encore RFI.

Un échange d’ambassadeurs

S’il n’a pas évoqué la question des sanctions, il a en revanche émis le souhait que la République démocratique du Congo et l’Union européenne procèdent à l’échange de leurs ambassadeurs respectifs dans les plus brefs délais afin d’avoir le même niveau de représentation.

Par ailleurs, il est revenu sur la Maison Schengen, sorte de consulat européen fermé par le régime Kabila en janvier 2018 et géré par la Belgique pour traiter les demandes de visas au nom de 17 pays du Vieux-Continent. «  J’ai demandé à la partie congolaise de finaliser rapidement les discussions entamées avec la partie européenne pour la restructuration et la réactivation de ce dispositif consulaire. »

Par cette fermeture, l’infime minorité de Congolais qui voyagent en Europe (25.000 visas par an pour quelque 80 millions d’habitants) a fait les frais d’une crise diplomatique entre la République démocratique du Congo (RDC) et la Belgique, sur fond de tensions pré-électorales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite