Six jeunes sur 10 reçoivent l’aide de leurs parents pour l’achat d’un premier logement

Image d’illustration ©Belga
Image d’illustration ©Belga

Aujourd’hui, six jeunes sur 10 (de 18 à 34 ans) reçoivent de l’aide de leurs parents pour l’achat d’un premier logement, indique samedi Axa Banque sur base d’une étude réalisée auprès de 600 Belges. Il y a 20 ans, les jeunes n’étaient que 22 % à pouvoir compter sur l’aide financière des parents lors de l’achat d’un logement.

Dans la majorité des cas (68 %), le coup de pouce financier prend alors la forme d’un don, c’est-à-dire que les parents n’attendent pas de remboursement de la somme.

Des emprunts ?

Dans 23 % des cas, les jeunes empruntent une somme d’argent à leurs parents tandis que 11 % des jeunes adultes ont reçu un terrain en cadeau de leurs parents et 11 % ont reçu une maison.

Enfin, dans 5 % des cas, le coup de pouce des parents consiste à contracter une partie du prêt à la banque.

«  Par rapport à d’autres pays européens, les Belges attachent beaucoup plus d’importance à la propriété de leur propre maison. Les plus de 50 ans de la classe moyenne ont un pouvoir d’achat supérieur à celui de la génération précédente et recherchent des moyens de rentabiliser leur argent », constate Erik Henderickx, sociologue du travail et professeur à l’université d’Anvers. «  Comme les Belges ont une brique dans le ventre, il est logique que les plus de 50 ans veuillent aider leurs enfants à acheter leur propre maison. La génération actuelle des jeunes a moins de sécurité d’emploi et cette aide financière est la bienvenue ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite