Six jeunes sur 10 reçoivent l’aide de leurs parents pour l’achat d’un premier logement

Image d’illustration ©Belga
Image d’illustration ©Belga

Aujourd’hui, six jeunes sur 10 (de 18 à 34 ans) reçoivent de l’aide de leurs parents pour l’achat d’un premier logement, indique samedi Axa Banque sur base d’une étude réalisée auprès de 600 Belges. Il y a 20 ans, les jeunes n’étaient que 22 % à pouvoir compter sur l’aide financière des parents lors de l’achat d’un logement.

Dans la majorité des cas (68 %), le coup de pouce financier prend alors la forme d’un don, c’est-à-dire que les parents n’attendent pas de remboursement de la somme.

Des emprunts ?

Dans 23 % des cas, les jeunes empruntent une somme d’argent à leurs parents tandis que 11 % des jeunes adultes ont reçu un terrain en cadeau de leurs parents et 11 % ont reçu une maison.

Enfin, dans 5 % des cas, le coup de pouce des parents consiste à contracter une partie du prêt à la banque.

«  Par rapport à d’autres pays européens, les Belges attachent beaucoup plus d’importance à la propriété de leur propre maison. Les plus de 50 ans de la classe moyenne ont un pouvoir d’achat supérieur à celui de la génération précédente et recherchent des moyens de rentabiliser leur argent », constate Erik Henderickx, sociologue du travail et professeur à l’université d’Anvers. «  Comme les Belges ont une brique dans le ventre, il est logique que les plus de 50 ans veuillent aider leurs enfants à acheter leur propre maison. La génération actuelle des jeunes a moins de sécurité d’emploi et cette aide financière est la bienvenue ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ILLUSTRATIONS CORONA VIRUS MEASURES SATURDAY

    Confinement: guide des déplacements autorisés ou tolérés

  2. CORONAVIRUS HOPITAL SAINT-PIERRE

    Décès de jeunes liés au coronavirus: des cas rares mais interpellants

  3. d-20200313-GFG7XC 2020-03-13 19:06:40

    Proximus accélère le déploiement de la fibre et baisse son dividende

La chronique
  • «Comme on nous parle»: Ne pas se toucher, l’épine dans le talon de nos conversations

    C’est une cousine croisée il y a un mois, il y a un siècle, une éternité. Il pleut, c’est le soir. On se tombe dessus à la gare, en sortant du train, et on se fait la bise puis d’un coup, comme si la joue de l’autre nous avait brûlée comme de l’acide, on recule, horrifiées : « Mince ! On s’est embrassées ! » On n’avait pas encore l’habitude, à l’époque, mais le mètre 50 de sécurité, ça, on savait déjà.

    Du coup, on recule. 1m50, c’est la distance latérale de dépassement d’un piéton ou d’un cycliste, hors agglomération. Parler à quelqu’un à 1m50 de distance, c’est comme si vous vous teniez tous les deux de chaque côté d’une petite citadine, une Citroën C-Zero ou une Peugeot iOn. Ou d’une table de ping-pong, dans sa largeur. Ou d’une baignoire. Ou d’un poney.

    1m50, c’est un peu plus que ce qu’on appelle notre « distance personnelle », qui est de 1m20. Soit la taille de notre bulle. La proxémie – l’étude du rôle des distances dans les relations interpersonnelles – montre comment la présence d’une autre personne à l’...

    Lire la suite