«Gilets jaunes»: 41.500 manifestants en France samedi, dont 5.000 à Paris

«Gilets jaunes»: 41.500 manifestants en France samedi, dont 5.000 à Paris

Après trois mois de mobilisation, des milliers de «gilets jaunes» défilaient samedi dans plusieurs villes de France lors d’un acte 14 relativement calme à Paris mais marqué de nouveau par des heurts à Toulouse et Bordeaux.

Le ministère de l’Intérieur a dénombré 41.500 manifestants en France dont 5.000 à Paris, des chiffres en recul par rapport à la semaine précédente mais régulièrement contestés par les «gilets jaunes».

Dans la capitale, une foule compacte de plusieurs milliers de personnes est partie de la place de l’Etoile vers 12H00 pour rallier plusieurs heures plus tard l’esplanade des Invalides, qui a été évacuée en fin d’après-midi, a constaté une journaliste de l’AFP.

Après de brefs face-à-face avec les forces de l’ordre, les «gilets jaunes» se sont dispersés, certains rejoignant les Champs-Elysées en début de soirée aux cris, devenus traditionnels, de «Macron démission».

26 interpellations

«C’est pas la fin, ce sera la fin quand Macron nous aura entendu. Qu’il nous aura rendu la démocratie», a déclaré à l’AFP Jérôme Rodrigues, devenu un symbole des violences policières depuis qu’il a perdu un oeil fin janvier place de la Bastille.

Selon la préfecture de police, 26 personnes ont été interpellées à Paris même si les tensions semblaient moindres que lors de l’acte 13. Un manifestant avait alors eu la main arrachée lors de heurts devant l’Assemblée nationale.

La mobilisation parisienne a toutefois connu un bref moment de tension quand le cortège a croisé la route du philosophe Alain Finkielkraut, insulté par des manifestants aux cris de «sioniste de merde». «Un déferlement de haine à l’état pur», a dénoncé dans un tweet le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

>Gilets jaunes en France: le philosophe Alain Finkielkraut insulté et hué en marge de la manifestation à Paris

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite