Liga: Antoine Griezmann relance l’Atlético contre Rayo Vallecano (1-0, vidéo)

@AFP
@AFP

Avec un but chanceux d’Antoine Griezmann, l’Atlético Madrid a battu sans brio le Rayo Vallecano (1-0), samedi pour la 24e journée du Championnat d’Espagne, et interrompu sa spirale négative avant d’accueillir la Juventus Turin mercredi en Ligue des champions.

À la peine pendant plus d’une heure au stade de Vallecas, l’« Atleti » (47 pts) a fini par s’imposer pour prendre provisoirement la deuxième place au Real Madrid (3e, 45 pts), qui reçoit Gérone dimanche, et revenir à quatre longueurs du leader Barcelone (1er, 51 pts), opposé à Valladolid samedi soir.

Pour cela, il a suffi d’une reprise en demi-volée de Griezmann déviée par un défenseur et qui a pris le gardien à contre-pied (74e). Soit le 12e but du Français dans cette Liga, le neuvième sur ses onze dernières apparitions toutes compétitions confondues.

L’équipe de Diego Simeone, qui a prolongé jeudi son contrat jusqu’en 2022 comme entraîneur de l’Atlético, en profite pour rebondir après deux défaites d’affilée. Un sursaut nécessaire avant le huitième aller de C1 mercredi soir contre la Juve de Cristiano Ronaldo.

Impeccable Oblak

Mais sur ce que l’« Atleti » a montré pendant plus d’une heure dans ce derby de l’est de Madrid, il y a peut-être du souci à se faire pour la réception du champion d’Italie. Trop timorés, les « Colchoneros » ont souvent subi les offensives et l’enthousiasme de leurs modestes voisins, promus et relégables.

Il a ainsi fallu deux sauvetages du gardien Jan Oblak devant Adrian Embarba (25e, 34e) pour préserver le score. Et trois gros ratés de l’attaquant du Rayo Raul de Tomas (44e, 56e, 67e), à chaque fois en excellente position. L’Atlético, de son côté, n’avait pas grand-chose à opposer mis à part quelques combinaisons sur coup franc (7e, 38e) initiées par un Griezmann par ailleurs assez discret.

À l’heure de jeu, parce qu’il fallait bien changer quelque chose, Simeone a lancé sur le terrain le Français Thomas Lemar et l’attaquant hispano-brésilien Diego Costa, qui fêtait son retour deux mois et demi après une opération à un pied. Cela n’a pas forcément bouleversé le visage de l’Atlético mais Griezmann a mis au fond sa première action franche de la rencontre, bien servi en retrait par une remise de la recrue hivernale Alvaro Morata (74e). Et l’impeccable Oblak s’est à nouveau interposé sur une tête d’Abdoulaye Ba dans le temps additionnel (90e+1). Signe que si l’Atlético a des ratés dans le jeu, les cadres continuent de répondre présent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite