Liga: Antoine Griezmann relance l’Atlético contre Rayo Vallecano (1-0, vidéo)

@AFP
@AFP

Avec un but chanceux d’Antoine Griezmann, l’Atlético Madrid a battu sans brio le Rayo Vallecano (1-0), samedi pour la 24e journée du Championnat d’Espagne, et interrompu sa spirale négative avant d’accueillir la Juventus Turin mercredi en Ligue des champions.

À la peine pendant plus d’une heure au stade de Vallecas, l’« Atleti » (47 pts) a fini par s’imposer pour prendre provisoirement la deuxième place au Real Madrid (3e, 45 pts), qui reçoit Gérone dimanche, et revenir à quatre longueurs du leader Barcelone (1er, 51 pts), opposé à Valladolid samedi soir.

Pour cela, il a suffi d’une reprise en demi-volée de Griezmann déviée par un défenseur et qui a pris le gardien à contre-pied (74e). Soit le 12e but du Français dans cette Liga, le neuvième sur ses onze dernières apparitions toutes compétitions confondues.

L’équipe de Diego Simeone, qui a prolongé jeudi son contrat jusqu’en 2022 comme entraîneur de l’Atlético, en profite pour rebondir après deux défaites d’affilée. Un sursaut nécessaire avant le huitième aller de C1 mercredi soir contre la Juve de Cristiano Ronaldo.

Impeccable Oblak

Mais sur ce que l’« Atleti » a montré pendant plus d’une heure dans ce derby de l’est de Madrid, il y a peut-être du souci à se faire pour la réception du champion d’Italie. Trop timorés, les « Colchoneros » ont souvent subi les offensives et l’enthousiasme de leurs modestes voisins, promus et relégables.

Il a ainsi fallu deux sauvetages du gardien Jan Oblak devant Adrian Embarba (25e, 34e) pour préserver le score. Et trois gros ratés de l’attaquant du Rayo Raul de Tomas (44e, 56e, 67e), à chaque fois en excellente position. L’Atlético, de son côté, n’avait pas grand-chose à opposer mis à part quelques combinaisons sur coup franc (7e, 38e) initiées par un Griezmann par ailleurs assez discret.

À l’heure de jeu, parce qu’il fallait bien changer quelque chose, Simeone a lancé sur le terrain le Français Thomas Lemar et l’attaquant hispano-brésilien Diego Costa, qui fêtait son retour deux mois et demi après une opération à un pied. Cela n’a pas forcément bouleversé le visage de l’Atlético mais Griezmann a mis au fond sa première action franche de la rencontre, bien servi en retrait par une remise de la recrue hivernale Alvaro Morata (74e). Et l’impeccable Oblak s’est à nouveau interposé sur une tête d’Abdoulaye Ba dans le temps additionnel (90e+1). Signe que si l’Atlético a des ratés dans le jeu, les cadres continuent de répondre présent.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @News

    Par Guillaume Raedts

    Anderlecht

    Michel Vlap est sur courant alternatif à Anderlecht

  • Lionel Messi - ici, entre deux joueurs du Borussia Dortmund lors de la première journée de la Ligue des champions, mardi soir
: le Barça a finalement accepté de régler l’ardoise fiscale à sa place...

    Par Yann Philippin (Mediapart), Begona Ramirez (InfoLibre) et EIC - European Investigative Collaborations

    Football

    Football Leaks: le nouveau dribble fiscal du clan Messi

  • Ilaimaharitra est déjà l’un des cadres de Belhocine.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi: un onze qui rafle 90% de temps de jeu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite