Gilets jaunes en France: torrent de réactions en soutien à Alain Finkielkraut, cible d’insultes antisémites

Gilets jaunes en France: torrent de réactions en soutien à Alain Finkielkraut, cible d’insultes antisémites

Le philosophe et académicien Alain Finkielkraut a été injurié et sifflé ce samedi en marge de la manifestation des « gilets jaunes » dans le quartier de Montparnasse à Paris, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux et qui ont déclenché une vague d’indignation au sein de la classe politique.

« Barre-toi, sale sioniste de merde », « grosse merde sioniste », « nous sommes le peuple », « la France elle est à nous », ont crié plusieurs manifestants qui défilaient boulevard du Montparnasse, et qui venaient d’apercevoir l’académicien, d’après une vidéo diffusée par Yahoo ! Actualités.

Sur une seconde vidéo tournée par un journaliste freelance, on peut voir les forces de l’ordre s’interposer pour protéger le philosophe. Plusieurs responsables politiques dont des membres du gouvernement ont aussitôt condamné fermement ces faits.

Emmanuel Macron a déclaré que « les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolérerons pas. »

« Un déferlement de haine à l’état pur que seule l’intervention de la police a interrompu. Assister à une telle scène à Paris, en 2019, est tout simplement INTOLÉRABLE. Je viens de m’entretenir avec Alain Finkielkraut pour l’assurer de mon soutien absolu », a annoncé sur Twitter le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

« Honte aux auteurs de ces menaces répugnantes et à leurs complices », a lancé Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale.

« La bête immonde tapie dans l’anonymat d’une foule. Ceux qui insultent ont le visage découvert. J’espère qu’ils seront identifiés, poursuivis et lourdement condamnés », a renchéri le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

« Nous devons être rassemblés et forts face à ces haineux, racistes et antisémites, qui menacent la République et notre démocratie », a estimé son collègue Franck Riester, ministre de la Culture.

« Vous êtes chez vous, M Finkielkraut, qu’on soit ou non d’accord avec vous. En revanche la foule haineuse qui vous poursuit abuse de sa liberté et de notre démocratie. Honte à elle », a écrit la ministre des affaires européennes Nathalie Loiseau.

L’opposition a réagi

De nombreuses figures de l’opposition ont également dénoncé ces actes et apporté leur soutien à l’académicien.

Laurent Wauquiez a dénoncé « d’abjects crétins… Révoltante confirmation de ce qu’Alain Finkielkraut a pointé lui-même : l’antisémitisme se drape dans les habits de l’antiracisme et se nourrit de la chasse aux prétendus islamophobes. Quand ouvrirons-nous les yeux ? »

« Soutien total à Alain Finkielkraut odieusement insulté par des sauvages », a affirmé Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, tandis que le député LR Éric Ciotti dénonçait des propos « ignobles et insupportables ».

Sébastien Chenu, député Rassemblement National, a dénoncé des « insultes haineuses et honteuses ».

Ian Brossat, tête de liste PCF aux Européennes, a estimé qu’ « peut détester les idées de Finkielkraut », mais que « rien ne peut justifier qu’on s’attaque à lui en tant que juif ».

L’ex-premier ministre Manuel Valls a jugé ces insultes « à vomir ».

« Ça suffit », s’est insurgé le sénateur PS Rachid Temal, rappelant que « le droit de manifester n’est pas celui d’insulter, de menacer ou de tenir propos antisémites, racistes ou xénophobes ».

« Gilets Jaunes je suis avec vous depuis le début. Là stop. Certains franchissent toutes les limites », a réagi Esther Benbassa, sénatrice EELV.

« L’antisémitisme, c’est aussi simple, aussi simplement abject que ce +Rentre chez toi à Tel Aviv+ visant un écrivain français juif », a lancé le cofondateur du mouvement de gauche Place Publique, Raphaël Glucksmann.

La Licra a également affirmé son soutien à l’académicien, évoquant « une honte absolue » et « des méthodes fascistes d’intimidation ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|France|Paris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des tout proches de Dimitri Fourny font aussi partie des inculpés.

    Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: qui est responsable des fausses procurations?

  2. Une traversée post-électorale difficile pour Corneille Nangaa, le président de la Céni.

    RD Congo: le président de la Commission électorale dans la tourmente

  3. La série «Chimerica», présentée en compétition officiel du festival, explore les relations est-ouest sur fond de campagne électorale américaine.

    La politique s’invite dans les séries de demain

Chroniques
  • Loi climat: les cahiers au feu et le CO2 au milieu!

    Lorsque la Belgique a navigué jadis sans gouvernement pendant un an et demi, régnait un étrange sentiment d’allégresse et de liberté – sauf dans les milieux politiques. Une atmosphère d’école buissonnière genre « les cahiers au feu et le prof au milieu » !

    Rien de commun avec «  l’ambiance gilets jaunes  » qui agite la France. Là, les manifestants se battent contre les politiques pour leur arracher le pouvoir. Le « peuple » (c’est-à-dire eux) réclame le droit de voter ou de modifier les lois, renvoyer les parlementaires dont la tête ne leur revient pas, tout décider par référendum et son contraire.

    Chez nous, rien de tel. Les citoyens n’avaient aucune envie de toucher...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite