Euromillions League: Mons tout proche de s’offrir le Spirou dans le derby hennuyer (87-90)

@Belga
@Belga

Mons-Hainaut 87

Spirou Charleroi 90

Q.T. : 16-23, 25-26, 29-17, 17-24.

Mons : 32/51 à 2 pts, 4/10 à 3 pts, 11 lfs sur 19, 29 rbds, 25 fp, Smith sorti pour 5 fautes à 85-84. Upshur 0+5, JONES 6+9, CAGE 6+0, Houdart, Mortant 0+0, SMITH 6+17, VAN CAENEGHEM 0+2 Nikolic 4+2, Giancaterino 8+5, Ekamba, Moris 5+0, CHRABASCZ 6+6.

Charleroi : 23/38 à 2 pts, 7/19 à 3 pts, 23 lfs sur 26, 28 rbds, 22 fp, Sorokas sorti à 87-90. Noterman, Libert 6+5, Hervelle, Samardzic, Stilmant 0+0, Demirtas 0+0, FORD 6+2, Penninck 4+1, SOROKAS 14+6, MARCHANT 6+2, MOBLEY 2+23, HAMMONDS 11+2.

Arbitres : MM.Vanhoye, Deblieck et Engels.

Lors du derby hennuyer, le Spirou venait pour réaliser la passe de quatre face aux Renards. Avant le rendez-vous de ce samedi, Charleroi avait battu Mons-Hainaut en Euromillions League (94-54) ainsi qu’à deux reprises en Coupe de Belgique (85-67 et 54-75). Côté effectif, Daniel Goethals enregistrait un seul forfait, celui d’Idris Lasisi, sur la touche jusqu’à la fin du mois de mars. À Charleroi, Niels Marnegrave, opéré au poignet, faisait l’impasse comme prévu. Katic, bien entendu, mais aussi Hunt (cheville) et Hervelle (pied) avaient pris place sur le banc. On s’attendait à découvrir le remplaçant de Nate Linhart qui a vite retrouvé du boulot à Bonn mais cela n’a pas été le cas. Il faudra encore patienter avant de connaître le nouvel oiseau rare du Spirou…

Avec Van Caeneghem dans le cinq de départ en lieu et place de Nikolic, Mons éprouvait des difficultés à trouver des solutions en début de match. La bonne agressivité défensive de Charleroi obligeait les Renards à commettre des erreurs : 10-16 (6e). Malgré des possibilités de rotations limitées, Charleroi gérait le premier acte au mieux de ses intérêts : 16-23 (10e).

Au second quart, Mons revenait dans la course après deux paniers de Giancaterino et un triple de Moris : 25-25 (12e). Ensuite, les Carolos allaient mieux gérer les paramètres et profitaient de la réussite de Libert et Sorokas pour enfoncer le clou : 41-49 (20e). La grosse préoccupation du coach Goethals durant cette première période a été de trouver les solutions pour arrêter le lituanien Sorokas. Si Mons-Hainaut ne faisait pas la course en tête à la pause, c’était la résultante du marquage à la culotte des défenseurs carolos mais aussi à cause des 49 points encaissés. Upshur, Van Caeneghem et Mortant n’étaient pas parvenus à débloquer leur compteur durant cette 1re période.

Après les citrons, Giancaterino montrait la voie à suivre et cela suffisait pour inverser la tendance : 56-51 (24e). Malgré les largesses du corps arbitral envers Mobley, Mons-Hainaut avançait à 64-57 grâce à un impressionnant Smith. Impressionnant lui aussi, Mobley remettait les deux équipes à égalité (64-64) avant une bonne gestion montoise avant la demi-heure. Après 70-66, Nikolic s’emmêlait les pinceaux dans la peinture et ratait ses lancers.

Malgré un stratosphérique Mobley, BMH a continué à faire la course en tête : 87-86 (39e). Dans les dernières secondes, le Spirou a géré la situation avec deux lancers de Ford et un panier d’Hammonds.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite