Trump, Macron, Poutine: les politiques sont la cible du Carnaval de Nice

© AFP
© AFP

Donald Trump grimé en clown tueur, Emmanuel Macron travesti en «Captain America»: la satire politique est omniprésente cette année au Carnaval de Nice qui joue à fond la carte de l’impertinence.

Prévue pour durer jusqu’au 2 mars, cette 135e édition qui a débuté samedi par la traditionnelle bataille des fleurs est dédiée au «Roi du cinéma», en hommage au centenaire des studios de La Victorine, le petit Hollywood niçois qui a accueilli le tournage de grands classiques et de nombreux réalisateurs étrangers, de Hitchcock à Joseph Losey.

La foule pourra s’amuser à reconnaître Pierrot et sa Colombine et bien d’autres figures du 7e art: Brigitte Bardot, Hitchcock, Belmondo, Charlot, etc. Le dieu Ganesh brandissant une caméra, un mégaphone et un clap de cinéma évoque lui la puissance des studios indiens de Bollywood.

Mais la politique n’est jamais très loin. Qui voit-on émerger de la 2CV bleue conduite par le plus célèbre gendarme de France, alias Louis de Funès ? Brigitte Macron, l’épouse du président français, déclinée également sur un autre char dans les très courts atours de Marylin Monroe.

Les plus belles images du Carnaval de Nice

Et qui donc soutient dans ses bras l’héroïne d’Autant en Emporte le Vent ? C’est Vladimir Poutine serrant l’acteur français Gérard Depardieu, connu pour être un grand admirateur du président russe.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite