«Ces images me remplissent d’inquiétude»: Zineb El Rhazoui réagit après les insultes proférées par des gilets jaunes envers Finkielkraut

© Bruno Dalimonte
© Bruno Dalimonte

L’ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb El Rhazoui a réagi ainsi que nombre d’hommes politiques français suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo dans laquelle des gilets jaunes injurent publiquement Alain Finkielkraut dans la capitale française.

Zineb El Rhazoui soutient le philosophe et académicien et se dit rempli d’inquiétude suite aux images véhiculées de la violence dont ont fait preuve certains manifestants vis-à-vis Alain Finkelkraut. La journaliste qualifie ces manifestants de lyncheurs et même de meute hargneuse.

« J’ai été en effet pris à partie de manière très violente par des manifestants », et « je dois dire qu’ils avaient vraiment envie d’en découdre parce que si des policiers ne s’étaient pas interposés (…), je pense que certains d’entre eux voulaient me casser la gueule. C’était une violence, malgré tout, pogromiste », a raconté l’académicien dimanche matin sur LCI. Dans une deuxième vidéo filmée par un journaliste, on voit les forces de l’ordre s’interposer pour protéger le philosophe.

L’incident qui s’est déroulé dans le quartier de Montparnasse à Paris, a déclenché une vague de condamnations et de messages de soutien au philosophe, beaucoup dénonçant le caractère antisémite de ces injures, jusqu’au chef de l’État.

Le philosophe Alain Finkielkraut cible d’insultes antisémites en marge de la manifestation à Paris (vidéo)

«  Fils d’émigrés polonais devenu académicien français, Alain Finkielkraut n’est pas seulement un homme de lettres éminent mais le symbole de ce que la République permet à chacun », a déclaré Emmanuel Macron sur Twitter, ajoutant que «  les injures antisémites dont il a fait l’objet sont la négation absolue de ce que nous sommes et de ce qui fait de nous une grande nation. Nous ne les tolérerons pas ».

« Un déferlement de haine à l’état pur que seule l’intervention de la police a interrompu. Assister à une telle scène à Paris, en 2019, est tout simplement INTOLÉRABLE », a aussi annoncé sur Twitter le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

«  Non vous n’êtes pas le peuple, vous êtes la ‘France’ de la haine, celle qui nous fait honte. Ces manifestations doivent cesser  ! », a lancé le président du Sénat Gérard Larcher à l’attention des personnes qui ont insulté l’académicien.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour « injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel croyait qu’il pourrait vaincre la tradition. Celle qui veut que le premier sommet rate.

    Charles Michel rate son pari: il faudra encore un sommet pour le budget européen

  2. Les caricatures antisémites de l’année dernière seront-elles de retour dimanche dans les rues d’Alost
? Il semble que oui
!

    Le carnaval d’Alost pourrait donner lieu à de nouveaux dérapages: comment en est-on arrivé là?

  3. PHOTO NEWS

    Désormais, Mehdi Carcela est décisif d’une autre manière au Standard

La chronique
  • Un smartphone {pliable} ou {pliant}?

    Voici quelques jours, votre quotidien favori a répercuté une annonce qui n’avait rien de téléphoné, semble-t-il : une célèbre entreprise sud-coréenne va commercialiser en Belgique son deuxième smartphone pliable. Un smartphone pliable  ? Moue dédaigneuse dans les chaumières branchées High-Tech, qui se transforme toutefois en jubilation quelques lignes plus loin : cette fois, il est question d’un smartphone pliant. Un smartphone pliant ? Au risque d’encourir les ricanements condescendants de certains geeks, ce billet va tenter d’explorer les plis et replis de ces téléphones que l’on dit intelligents.

    Ils plient tous…

    Cette chronique vous a proposé, il y a quelques semaines, une analyse des suffixes -ant et -...

    Lire la suite