Plus de 180.000 visiteurs au festival des lumières Bright Brussels (vidéo)

©Mathieu GOLINVAUX
©Mathieu GOLINVAUX

èuLa 3e édition du festival des lumières Bright Brussels a accueilli, de jeudi à dimanche, plus de 180.000 visiteurs, a annoncé dimanche visit.brussels, l’office régional du tourisme et des congrès. Il est encore ouvert jusqu’à 23h ce dimanche soir. En comparaison, la 2e édition avait attiré quelque 120.000 personnes.

Ce sont 14 installations lumineuses réalisées par des artistes nationaux et internationaux qui ont cette année sublimé plusieurs lieux emblématiques de la capitale, notamment dans les quartiers du Béguinage et Dansaert, les quais, l’Institut Pacheco, les ruelles du Vismet et les places du vieux Marché au Grains et Sainte-Catherine. Pour cette édition, le parcours s’est également étendu jusqu’aux Halles St-Géry.

Rue du Pays de Liège, l’installation Chromacity de l’artiste belge Jean-Jacques Marotte invitait par exemple les visiteurs à se balader à travers des faisceaux laser dans une atmosphère brumeuse. Au KANAL – Centre Pompidou, l’artiste français Romain Tardy proposait de découvrir des ruines imaginaires façonnées par 15 modules LED. Aux Halles Saint-Géry, l’artiste franco-suisse basé à Bruxelles Yannick Jacquet offrait encore de contempler une grande toile vidéo et sonore.

«  Nous montrons que Bruxelles a de l’ambition et fait rêver », a fait valoir Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité et des Travaux-Publics. «  Mon souhait est désormais d’étendre le festival vers d’autres quartiers historiques de la capitale tels que les Marolles et le Sablon, le quartier des Arts ou Notre-Dame-aux-Neiges, mais pourquoi pas à Molenbeek, Ixelles, à Saint-Gilles ou Anderlecht ? »

Bright Brussels a été développé à l’initiative de Pascal Smet et de Rudi Vervoort. Sa mise en place a été coordonnée par visit.brussels.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite