Élections régionales: le journaliste Philippe Malherbe deuxième sur la liste CDH à Bruxelles

Philippe Malherbe relève, à 63 ans, le défi de la politique.
Philippe Malherbe relève, à 63 ans, le défi de la politique. - Lucas Verbeke

En décembre, Philippe Malherbe quittait RTL, après avoir été (jusqu’en mars dernier) le rédacteur en chef adjoint des journaux télévisés, mais aussi à la tête du magazine « Coûte que coûte » pendant 20 ans. Le voilà désormais… en politique. Nous avons en effet appris qu’il a accepté la proposition de Céline Frémault et Maxime Prévot d’occuper la deuxième place sur la liste CDH en Région bruxelloise pour le 26 mai.

« J’ai répondu à l’appel de Céline, dont je suis très proche dans la vie privée depuis longtemps, et je profite de l’arrivée de Maxime à la présidence pour porter ce vent nouveau au CDH, nous explique-t-il. J’ai un parcours en presse écrite puis de 36 ans en télévision, comme présentateur du JT, puis rédacteur en chef adjoint, puis comme présentateur d’un magazine économique. J’ai quitté mon employeur fin décembre, et cette opportunité s’est offerte à moi, à 63 ans, et j’ai trouvé que je devais la saisir. C’est un fameux défi pour moi. Je mouille mon maillot. J’ai toujours été passionné par la politique ; c’est l’occasion de vivre ça de l’intérieur. C’est une expérience extraordinaire. J’ai toujours été proche des citoyens, de leurs problèmes, et je reste passionné par la mobilité, le pouvoir d’achat, les enjeux climatiques. Cela me permet de m’engager avec enthousiasme au CDH. »

Philippe Malherbe au «Soir»: «J’avais fait le tour chez RTL, il valait mieux m’en aller»

Pourquoi le CDH justement ? « Je suis en phase avec les valeurs humanistes du parti. Et avec la nouvelle équipe présidentielle, j’espère pouvoir concrétiser de beaux projets en phase avec mes valeurs. J’espère maintenir la même intensité de lien avec le public aujourd’hui qu’hier, en lien avec l’intérêt général. Je me mets au service de la collectivité. »

« Une confiance dans le renouveau »

De son côté, Maxime Prévot, qui tient sa première surprise dans l’élaboration des listes humanistes, nous dit « être ravi de l’arrivée de Philippe Malherbe sur la liste régionale à Bruxelles, où il sera 2e, derrière Céline Fremault. C’est un bel engagement à nos côtés qui est le gage lui-même d’une marque de confiance dans notre projet et dans le renouveau du parti récemment impulsé. Philippe Malherbe a toujours marqué, à travers son engagement journalistique, la volonté de donner à tous les clés nécessaires pour décrypter notre société, en particulier les éléments socio-économiques, notamment dans une émission économique grand public, en étant particulièrement attentif aux réalités de la classe moyenne et des plus fragiles économiquement. Philippe s’engage dans une volonté de construire une société davantage inclusive et digne.

En marge, je tiens à souligner la participation de Philippe de longue date et sans faille au Télévie. Une preuve d’un engagement citoyen, de l’engagement d’un citoyen, préoccupé par les questions de santé, et capable d’action. L’audace d’oser, la volonté d’être juste. Un comportement qui est tout à fait celui défendu par les Citoyens Démocrates Humanistes ».

Quant à Céline Frémault, qui tentait donc de convaincre Philippe Malherbe de rejoindre les rangs humanistes depuis un moment déjà, elle est évidemment « extrêmement heureuse de l’arrivée de Philippe Malherbe au CDH et en particulier à BXL. C’est une personnalité chaleureuse et franche que je connais depuis de nombreuses années. Notre parti a toujours été attaché à la présence d’élus issus de la société civile que ce soit des entrepreneurs, des personnes issues du secteur associatif ou du monde des médias. Journaliste réputé, Philippe Malherbe a traité longuement des questions sociétales. Il amènera son expertise en matière de pouvoir d’achat, de santé ou de mobilité. C’est une excellente nouvelle pour le CDH mais aussi pour le monde politique, car elle démontre que des personnes de talent issues de la société civile sont prêtes à l’engagement et à l’action ».

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Journaux et magazines|Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite