ATP New York: premier titre pour Opelka, qui brise le rêve de Schnur (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Tombeur la veille de son compatriote John Isner, 9e mondial, avec déjà le même nombre d’aces, Opelka a justifié son statut de favori de cette finale en s’imposant 6-1, 6-7 (7/9), 7-6 (9/7). Mais Schnur, 154e mondial et inconnu du grand public jusqu’à cette semaine, l’a poussé dans ses derniers retranchements.

Le Canadien, issu des qualifications, est passé complètement à côté de la première manche, perdue en dix-huit minutes. Il a joué ensuite crânement sa chance, lui qui affichait avant cette semaine new-yorkaise un bilan désastreux de cinq défaites en autant de matches disputés sur le circuit ATP.

Quand Opelka, 21 ans, a gaspillé dans le jeu décisif du 2e set une première balle de match avec une double-faute, Schnur en a aussitôt profité pour empocher la manche. Les deux joueurs sont restés dos à dos pendant le troisième set, puis dans le jeu décisif, avant que Schnur ne craque avec sa deuxième double-faute de la finale à 6-6.

Opelka n’a cette fois pas laissé passer sa chance et a remporté, grâce à un dernier ace, le match le plus important de sa jeune carrière. « Je suis super heureux d’avoir remporté mon premier titre aux États-Unis et en particulier à New York », a déclaré Opelka, qui sera lundi 56e mondial, son meilleur classement ATP.

« Brayden s’est battu jusqu’au bout, il a démontré toute cette semaine et durant la finale qu’il n’abdiquait jamais », a poursuivi l’ancien vainqueur du tournoi de Wimbledon juniors (2015).

Schnur, 23 ans, n’a pas pu retenir ses larmes lors de la cérémonie protocolaire. « J’ai vécu une semaine incroyable. Si on m’avait dit en décembre que j’attendrais la finale d’un tournoi ATP, je ne l’aurais pas cru », a avoué le Canadien, désormais aux portes du top 100 mondial (N.107).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • photo news

    Par François Laurent

    ATP - WTA

    Maria Sharapova, les adieux d’une diva

  • BELGAIMAGE-160892153

    Par Damien Poncelet

    Grands Chelems

    Roger Federer, forfait à Roland-Garros, se projette sur Wimbledon et les Jeux

  • Mertens a été bousculée par son amie Sabalenka (6-4, 6-3).

    Par Yves Simon, à Dubaï

    ATP - WTA

    Bye, bye Dubaï pour Elise Mertens

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite