Eclectisme animalier

Lot n°301 : Autriche, important cor de chasse, XIX
e
, corne à monture de style Renaissance, l. 90 cm [usures et légères altérations]. Provenance : princesse Liliane de Réthy, épouse du Roi Léopold III. Est. 1.000 – 1.500 euros.
Lot n°301 : Autriche, important cor de chasse, XIX e , corne à monture de style Renaissance, l. 90 cm [usures et légères altérations]. Provenance : princesse Liliane de Réthy, épouse du Roi Léopold III. Est. 1.000 – 1.500 euros. - Phoenix.

Comme chaque hiver, la maison de ventes basée à Wavre met aux enchères plus de 300 lots en tous genres, conjugués à la mode animalière. « Il existe une véritable effervescence autour de ce thème. On me la réclame vivement, elle attire la foule et les amateurs accourent de la Belgique entière » raconte Catherine Dessain, commissaire-priseur. Un engouement qui peut paraître étonnant mais s’explique en partie par le fait que Phoenix est la seule salle de ventes belge à couvrir cette thématique, alors que cette mode est bien vivace dans d’autres pays d’Europe.

Une vente comme celle-ci représente une année de préparation, au cours de laquelle l’équipe lance plusieurs appels de dépôt, évalue les objets et récolte les lots. « On fonctionne aussi beaucoup de bouche-à-oreille, les gens commencent à nous connaître » explique Dessain, qui a créé la maison voici cinq ans : « J’ai grandi dans cette région et j’ai constaté qu’il n’y avait aucune salle de ventes dans le Brabant wallon. A Bruxelles, Liège, Namur et Mons, oui, mais pas ici, alors que nous sommes au cœur de la province et à seulement 3 minutes de la E411. Il y avait une opportunité à saisir » affirme-t-elle. Depuis lors, cette petite structure familiale s’est bien implantée dans le paysage : « Le public local est très présent, ouvert, enthousiaste, il n’hésite pas à se déplacer. On organise des ventes assez générales – bijoux, vins, antiquités classiques, art ancien et moderne, jouets anciens – et des ventes plus thématiques comme celle-ci, avec la possibilité d’acheter en live via la plate-forme Drouot, pour toucher un public plus éloigné. »

Baignée dans cet art animalier dès l’enfance par ses origines condrusiennes, Catherine Dessain évalue elle-même les objets et n’hésite pas à faire appel à un expert extérieur pour des pièces plus pointues. « On développe les collaborations là où mes connaissances s’arrêtent, comme la vente militaria qui aura lieu au printemps. La vente publique en Belgique reste discrète : les gens ont encore des appréhensions. Pour le grand public, c’est un monde un peu théâtral, où on risque de perdre beaucoup d’argent, alors qu’en réalité il y a vraiment des affaires à faire, tout est possible ! »

Raretés à saisir

Lot n°208 : Malou Salomé, «
Buffle
», XXI
e
, crayon sur papier, signé en bas au centre, 39x29 cm. Est. 500 – 600 euros.
Lot n°208 : Malou Salomé, « Buffle », XXI e , crayon sur papier, signé en bas au centre, 39x29 cm. Est. 500 – 600 euros. - Phoenix

Parmi les nombreux lots mis en vente, de belles pièces de mobilier en bois de cerf sculpté – très prisées pour leur côté à la fois rustique et tendance –, de nombreuses estampes, gravures, tableaux, des services à décor animalier (poissons, gibier, bécasses), des meubles, d’inévitables trophées de chasse souvent issus de cottages qu’on vide pour en refaire la décoration, et acquis par les décorateurs, une belle sélection de globes en verre abritant des ensembles de papillons ou de coquillages. Parmi les sculptures, épinglons deux bronzes contemporains : un sanglier de Christian Maas (lot nº65, estimation 1.000 à 1.500 euros) et un martin-pêcheur d’Hervé t’Serstevens, petit-fils par alliance du sculpteur animalier Raymond de Meester (lot nº51, estimation 400 à 600 euros). De ce dernier, deux bronzes dont une panthère en marche estimée à 2.000-3.000 euros (lot nº60).

Désireux de soutenir les jeunes artistes belges, Phoenix Auction présente aussi un combat de lièvres de grande envergure d’Elisabeth Lamarche (lot nº100, estimation 14.000-16.000 euros), ainsi qu’un dessin de Salomé Malou (lot nº208, estimation 500-600 euros). Enfin, deux lots proviennent directement de la princesse Liliane de Réthy : une suite de six rhytons de chasse (gobelets à vin) en métal argenté (lot nº287 estimé entre 600 et 900 euros) et un cor de chasse autrichien décoré de gravures exceptionnelles (lot nº301, estimé de 1.000 à 1.500 euros).

Vente d’art animalia et antiquités, Phoenix Auction, exposition les vendredi 15 et samedi 16 février de 10h à 18h, dimanche 17 de 10h à 17h, sur rdv lundi 18 février entre 16h et 18h, vente le vendredi 22 février à 19h, 5 avenue Edison, 1300 Wavre, 010-45.42.63, www.phoenix-auction.com

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. TRICHET

    Jean-Claude Trichet: «Les banques centrales pourraient émettre de la cryptomonnaie»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite