David Goffin perd trois places au classement ATP, Steve Darcis en gagne trente

©Photonews
©Photonews

David Goffin, éliminé au deuxième tour du tournoi de Rotterdam, 7-6 (7/5), 7-5 par Gaël Monfils, le futur vainqueur, paie au prix fort cet échec qui le renvoie trois étages plus bas, à la 24e place du nouveau classement mondial des joueurs de tennis publié lundi par l’ATP. Le Français, en revanche, ainsi que le Suisse Stan Wawrinka, qu’il a battu 6-3, 1-6, 6-2, en finale dimanche, ont pris l’ascenseur pour atteindre les niveaux 23 et 41.

Dans un classement mondial toujours largement dominé par Novak Djokovic (10.955 points), devant Rafael Nadal (8.3220) et Alexander Zverev (6475), Monfils a grimpé de 10 places. À 32 ans, il n’avait plus été aussi bien classé depuis son recul de la 22e à la 36e place le 11 septembre 2017.

Roger Federer perd une place

Wawrinka, lui, fait un bond de 27 places. Le Suisse de 33 ans, ex-N.3 mondial, n’avait plus été aussi bien classé depuis qu’il était tombé au 263e rang le 11 juin 2018. Son compatriote Roger Federer a lui perdu une place (7e), échangeant son 6e rang avec le Japonais Kei Nishikori (+1) qui a atteint les demi-finales à Rotterdam. L’autre demi-finaliste du tournoi néerlandais, le Russe Daniil Medvedev, gagne une place et atteint, à 23 ans, le 15e rang mondial, son meilleur classement.

La surprenante finale de l’ATP 250 de New York a permis au vainqueur américain Reilly Opelka de monter au 56e rang (+33), tandis que son adversaire canadien Brayden Schnur se rapproche du Top 100 (107e, +47). Vainqueur sur la terre battue de Buenos Aires (ATP 250), Marco Cecchinato atteint lui aussi, à 26 ans, son meilleur classement : l’Italien est désormais 17e (+1). Son adversaire en finale, l’Argentin Diego Schwartzman, conserve sa 19e place.

Enfin Ruben Bemelmans, désormais 146e, a perdu 12 places. Kimmer Coppejans est 193e (+2) et Arthur De Greef 209e (-). Steve Darcis, finaliste du Challenger de Cherbourg, saute lui 30 cases. Il est 283e…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite